Ocampos braque le Bayer

le
0
Ocampos braque le Bayer
Ocampos braque le Bayer

Dominés, les Monégasques ont profité de leur seul tir cadré, signé du remplaçant Lucas Ocampos, pour punir le Bayer et se placer dans les meilleures conditions pour la qualif'. Dans quinze jours, il suffira d'un nul face au Zénith aux hommes de Jardim.Bayer Leverkusen Leno (5) : Une frappe cadrée, un but. Leno Lewis, défait par K.O.

Wendell (5) : Le latéral brésilien a le même talent pour provoquer des fautes que son quasi homonyme qui fit le bonheur des Girondins. Mais pas la même frappe.

Spahic (7) : L'Emir a pris son carton en descendant Ferreira Carrasco. Une partie réussie, donc.

Toprak (5) : Le Turc fait croire pendant 72 minutes qu'il est dur comme une brique, avant que la vérité éclate à la 72ème, lorsque Lucas Ocampos lui échappe : c'est une contraction de Tetra Pak.

Donati (5) : Échappe miraculeusement au carton dans les premières minutes, lorsqu'il découpe Ferreira Carrasco. Un homme tout en gestes et en attitudes, à en émouvoir Francis Huster.

Son (4) : Le Coréen a couru partout, permutant avec lui-même à droite, à gauche et au centre sans jamais se montrer dangereux. Son of anarchy. Remplacé par Drmic à l'heure de jeu, qui se loupe deux fois face à Subasic.

Castro (6) : Frappe de loin, récupération, jeu long, jeu court... chez Castro, il y a tout ce qu'il faut.

Bender (6) : Le capitaine du Bayer regrettera sa frappe sur la barre de la 26ème minute, seul frisson de la première période. En dehors de ça, le milieu défensif a beaucoup crié, taclé, récupéré et encore crié. Sa manière à lui de prendre du plaisir. Remplacé à la 75ème par Rolfes, qui lui a piqué le brassard et les cordes vocales.

Bellarabi (5) : Avec la meilleure volonté du monde, l'ailier a tenté beaucoup de choses, sans en réussir beaucoup. Bellionrabi. Remplacé par Brandt, à l'aise dans le frigo de la BayArena.

Çalhano?lu (5) : De loin, de près, sur coup franc, de la tête, le jeune Turc a tout tenté pour battre Subasic. En vain.

Kießling (4) : S'est plus servi de ses coudes que de ses pieds. +1 pour ce eszett, qui ravive ce souvenir ému de premiers émois amoureux vécus lors de séjours linguistiques qui n'annonçaient pourtant rien de folichon.
AS Monaco Subasic (6) : Chauffé par une frappe vicieuse de Çalhano?lu dès l'entame, le Croate a patienté jusqu'à la 76ème pour être décisif face à Drmic. Entre les deux, juste un merci lancé à sa transversale, qui le sauve à la 26ème.

Echiejile (4) : Un prénom brésilien...






















Bayer Leverkusen Leno (5) : Une frappe cadrée, un but. Leno Lewis, défait par K.O.

Wendell (5) : Le latéral brésilien a le même talent pour provoquer des fautes que son quasi homonyme qui fit le bonheur des Girondins. Mais pas la même frappe.

Spahic (7) : L'Emir a pris son carton en descendant Ferreira Carrasco. Une partie réussie, donc.

Toprak (5) : Le Turc fait croire pendant 72 minutes qu'il est dur comme une brique, avant que la vérité éclate à la 72ème, lorsque Lucas Ocampos lui échappe : c'est une contraction de Tetra Pak.

Donati (5) : Échappe miraculeusement au carton dans les premières minutes, lorsqu'il découpe Ferreira Carrasco. Un homme tout en gestes et en attitudes, à en émouvoir Francis Huster.

Son (4) : Le Coréen a couru partout, permutant avec lui-même à droite, à gauche et au centre sans jamais se montrer dangereux. Son of anarchy. Remplacé par Drmic à l'heure de jeu, qui se loupe deux fois face à Subasic.

Castro (6) : Frappe de loin, récupération, jeu long, jeu court... chez Castro, il y a tout ce qu'il faut.

Bender (6) : Le capitaine du Bayer regrettera sa frappe sur la barre de la 26ème minute, seul frisson de la première période. En dehors de ça, le milieu défensif a beaucoup crié, taclé, récupéré et encore crié. Sa manière à lui de prendre du plaisir. Remplacé à la 75ème par Rolfes, qui lui a piqué le brassard et les cordes vocales.

Bellarabi (5) : Avec la meilleure volonté du monde, l'ailier a tenté beaucoup de choses, sans en réussir beaucoup. Bellionrabi. Remplacé par Brandt, à l'aise dans le frigo de la BayArena.

Çalhano?lu (5) : De loin, de près, sur coup franc, de la tête, le jeune Turc a tout tenté pour battre Subasic. En vain.

Kießling (4) : S'est plus servi de ses coudes que de ses pieds. +1 pour ce eszett, qui ravive ce souvenir ému de premiers émois amoureux vécus lors de séjours linguistiques qui n'annonçaient pourtant rien de folichon.
AS Monaco Subasic (6) : Chauffé par une frappe vicieuse de Çalhano?lu dès l'entame, le Croate a patienté jusqu'à la 76ème pour être décisif face à Drmic. Entre les deux, juste un merci lancé à sa transversale, qui le sauve à la 26ème.

Echiejile (4) : Un prénom brésilien...






















...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant