Observer les statistiques pour déduire ce que fera la Fed

le
0
OBSERVER LES STATS POUR DÉDUIRE CE QUE FERA LA FED
OBSERVER LES STATS POUR DÉDUIRE CE QUE FERA LA FED

NEW YORK (Reuters) - Une solide statistique de l'emploi de février a amené Wall Street a anticiper une remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis dès juin mais il dépendra de celle des ventes au détail, cette semaine, de confirmer ou pas ce sentiment.

Un rebond de ces ventes est attendu après deux mois consécutifs de recul. Néanmoins, les nalystes pensent que les dépenses de consommation ont sans doute pâti en février d'une météo exceptionnellement tourmentée en divers endroits des Etats-Unis.

La statistique de l'emploi a provoqué un rétrogradage de Wall Street vendredi et sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones a perdu 1,5%, le S&P-500 1,6% et le Nasdaq 0,7%.

La Réserve fédérale est à nouveau prioritaire dans l'esprit des investisseurs, observe Kim Forrest (Fort Pitt Capital Group).

Une économie plus dymanique est en soi un mieux pour la Bourse mais les investisseurs craignent qu'elle ne pousse la Fed à relever ses taux prématurément, au risque de remettre en cause une reprise économique qui a été lente à prendre son essor.

En dehors des ventes au détail, la Bourse prendra connaissance de l'indice de sentiment du consommateur de l'Université du Michigan, dans sa version provisoire pour le mois de mars.

Ce sentiment s'était dégradé contre toute attente en février, après avoir culminé à un pic de 11 ans, alimentant un regain des craintes quant à l'évolution des dépenses de consommation.

Apple, qui a gagné 0,2% vendredi après l'annonce de son inclusion dans l'indice Dow Jones ce mois-ci, restera sous les feux de l'actualité, dans la mesure où il doit présenter la très attendue Apple Watch lundi à San Francisco.

Ce même lundi, la Banque centrale européenne (BCE) doit lancer son programme d'assouplissement quantitatif (QE), rachetant des obligations en masse pour tenter de redynamiser l'économie de la zone euro.

Cela pourrait être cause de volatilité, estime Jeff Carbone (Cornerstone Financial Partners).

"En observant le monde autour, on constate un environnement déflationniste" dans beaucoup de pays, observe-t-il. "Une hausse des taux de la part de la Fed se profile à l'horizon mais il semble que le contexte ne soit pas assez dynamique pour que cela se produise effectivement".

(Carolline Valetkevitch, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant