Obraniak : " Yossi Benayoun s'est un peu occupé de moi "

le
0
Obraniak : " Yossi Benayoun s'est un peu occupé de moi "
Obraniak : " Yossi Benayoun s'est un peu occupé de moi "

Après une expérience ratée du côté du Werder Brême et une pige plutôt concluante à Rizespor en Turquie, Ludovic Obraniak continue de jouer les routards. Cette saison, c'est à Tel Aviv, en Israël, qu'il a posé ses bagages. Sans peur et sans regrets. La preuve.

Te voici maintenant en Israël. Comment se passe ton intégration ? Humainement, c'est super. Je me suis adapté assez rapidement. Je suis arrivé seul, ce qui a facilité les choses, j'ai rapidement trouvé un appartement. Et ma petite famille m'a rejoint il y a deux semaines, donc on commence à prendre nos marques, mais c'est assez simple puisque Tel Aviv est une ville qui bouge beaucoup. Le temps est plutôt clément (il fait 30° quand on l'appelle, ndlr). J'ai trouvé une école pour ma fille, elle a fait sa rentrée des classes, j'ai trouvé une crèche pour mon petit dernier, donc les choses se mettent en place.
Si tu précises que ça se passe bien sur le plan humain, c'est que sportivement, c'est plus compliqué ? Oui, on n'a pas les résultats qui sont à la hauteur du prestige du club pour le moment. On est en fin de classement, on vit un début de saison assez compliqué, même si on commence à doucement remonter la pente. Du point de vue de l'état d'esprit et de l'attitude, il y a quand même des choses positives et on va essayer de s'appuyer là-dessus pour revenir.
Comment tu te débrouilles en anglais ? Quand je suis parti de France, je ne le parlais quasiment pas, je n'avais que de vieux restes de l'école. Et comme à cette époque, j'étais très mauvais en anglais, j'avais appris les verbes irréguliers par cœur. Je savais qu'en cas d'interro, ça m'aiderait à remonter ma moyenne ! Et finalement, c'est resté jusqu'à aujourd'hui. Ce qui fait que j'ai quand même un nombre de verbes assez conséquent à disposition. Et quand j'étais à Brême, tout ça s'est remis en place petit à petit. Sinon, je regarde les séries en VOSTFR. C'est ma petite technique perso pour m'améliorer. Disons que c'est une bonne méthode d'apprentissage quand t'as pas envie de prendre des cours (rires) !
Au-delà du sportif, le fait de changer de pays t'apportes quoi sur le plan personnel ? Ah, ben c'est enrichissant, c'est sûr. Tant sur le plan sportif que sur le plan humain. T'es obligé de t'adapter. Encore, quand t'arrives en Allemagne ça va, c'est proche de chez nous, mais quand t'arrives en Turquie, c'est pas la même musique ! Rien qu'au niveau de la langue. Moi qui voulais connaître l'étranger en partant de Bordeaux, je dois dire…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant