Objets perdus : dans « la salle des souffrances » de la gare de Lyon

le , mis à jour à 07:48
0
Objets perdus : dans « la salle des souffrances » de la gare de Lyon
Objets perdus : dans « la salle des souffrances » de la gare de Lyon

Pour la trouver, il faut descendre des escaliers, passer les consignes à bagages, se perdre presque dans les méandres du hall 3 de la gare de Lyon à Paris (XIIe) . Et nous voilà dans une pièce interdite au public. On l'appelle ici « la salle des souffrances ». Ne vous méprenez pas, il ne s'agit pas d'une salle de torture : au contraire, pour certains, elle est synonyme de soulagement. Dans cette cinquantaine de mètres carrés, situés en dessous des voies de chemin de fer, s'entassent sur trois rangées une multitude de chariots sur lesquels est posé un incroyable bric-à-brac d'objets, classés par catégories (portables, portefeuilles, poussettes, sacs, lunettes...). On y voit même dépasser un sabre de l'Ecole navale, récupéré fin juillet. C'est ici qu'arrive tout ce que les voyageurs égarent gare de Lyon mais aussi dans les TER et les RER qui y transitent, sans oublier les gares voisines. En tout, 200 entrepôts de ce type existent en France, histoire de gérer les oublis des voyageurs. « Dans 80 % des trains, on retrouve quelque chose de perdu », assure Alicia Le Menn, de la SNCF.

 

A la gare de Lyon, pas moins de 400 objets sont récupérés chaque mois. « En juillet et en août, on peut en récupérer jusqu'à 800, constate Vincent Pereira, chef du service. On reçoit surtout des valises, qui sont préalablement vérifiées par les forces de l'ordre. » Pour être sûr qu'ils seront stockés en toute sécurité, ils sont passés une nouvelle fois au détecteur, sur un tapis roulant installé à l'entrée.

 

Ce service est une aubaine pour des voyageurs comme Yves, un retraité qui a égaré son câble d'alimentation dans un train Marseille-Paris en juillet. « Je n'espérais plus trop le récupérer au bout de deux semaines », confesse le Marseillais étourdi. Comment est-ce possible ?

 

Une fois récupérés par les agents SNCF, les clés, montres et livres sont enregistrés dans un logiciel qui permet de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant