Objets connectés : « Mes ampoules diffusent aussi de la musique... »

le
0
Objets connectés : « Mes ampoules diffusent aussi de la musique... »
Objets connectés : « Mes ampoules diffusent aussi de la musique... »

En 1994, Alain Molinié a tout juste 22 ans et son diplôme d'ingénieur en poche qu'il rêve déjà de mettre de l'Internet dans un téléphone mobile pour piloter les objets de son domicile à distance. Mais petit problème, à cette époque, ni Internet ni les téléphones portables ne sont accessibles au quidam. Et les objets connectés sont encore des inconnus. Têtu, passionné et surtout persuadé qu'un jour les objets seront connectés, le jeune homme ne baisse pas les bras.

« Je me suis alors dit, explique-t-il aujourd'hui, qu'avant toute chose il était nécessaire de maîtriser la technologie qui gérerait les futurs objets connectés, celle qui par exemple permet qu'une télé lise à distance les photos enregistrées sur votre téléphone. » C'est la fameuse norme DLNA (Digital Network Living Alliance) un protocole de communication défini par les 200 plus grands groupes mondiaux de l'électronique et de l'informatique pour permettre à leurs appareils de communiquer entre eux. Quand, en 2003, il fonde avec Eric Lavigne la société Awox -- un nom qui ne veut rien dire de particulier mais qui a l'avantage de se prononcer facilement dans toutes les langues --, son premier métier sera de fournir des solutions DLNA.

« Ce n'est pas un gadget mais un nouveau confort »

« Nous avons réussi notre pari, se félicite le président d'Awox, puisqu'en dix ans nous sommes devenus un leader mondial de cette technologie avec 50 millions de licences vendues dans le monde. » Ce n'est qu'une fois cette technologie maîtrisée que la société a pu se lancer dans la production d'objets connectés pour d'autres entreprises en marque blanche, à l'instar du Bloc d'Orange, vidéoprojecteur avec des enceintes audio connecté en wi-fi, Bluetooth et pilotable depuis un smartphone. « Cette période, qui a duré cinq ans, a été très instructive. Elle nous a permis de maîtriser le processus de fabrication. »

Quand Awox devient profitable, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant