Objets connectés: Angers, future place forte de la French Tech?

le
0
Objets connectés: Angers, future place forte de la French Tech?
Objets connectés: Angers, future place forte de la French Tech?

Issue du plan de réindustrialisation de la France lancé en 2013 par le gouvernement, la Cité de l?objet connecté, qu?inaugure ce vendredi à Angers François Hollande, porte en elle les espoirs de renouveau économique de la capitale de l'Anjou, en même temps que les nouvelles ambitions de la French Tech.Société privée, contrairement à ce pourrait laisser à croire son nom, la Cité de "l?objet connecté" réunit dix-sept actionnaires autour d?un projet d'accélérateur industriel porté par Paul Raguin, le patron du groupe électronique angevin Eolane (3.500 salariés, 400 millions d'euros de chiffre d'affaires) et Eric Careel, le PDG de Withings, qui en a imaginé le concept.Figure emblématique de la French Tech, c?est à ce dernier, spécialiste des "objets intelligents", qu?Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement reproductif, avait confié la conduite du chantier ad-hoc, l?un des 34 qui constituaient initialement son programme La Nouvelle France Industrielle, aujourd?hui ramenés à neuf."Nous sommes convaincus que ces objets connectés créent une rupture technologique et qu?ils vont devoir aller beaucoup plus loin dans leurs capacités d'intégration d?intelligence électronique et logiciel. D?où la nécessité absolue de créer des laboratoires de conception", justifie Eric Careel.Aménagée à Saint-Sylvain-d?Anjou, au nord d?Angers, la Cité de l'objet connecté propose sur un même site l?ensemble des compétences nécessaires à la conception de ces objets: électroniques (Hardware et Software), plasturgie, mécanique, design mais aussi des services en matière de financement, de ressources humaines ou encore un show room.A raison de 300 euros de loyer par mois, elle entend attirer à elle tous les porteurs de projets d?"objets intelligents" souhaitant mener à bien le prototypage de leurs produits. Avant d?accéder éventuellement à son industrialisation sur place pour des premières ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant