Objectif : 20 000 étudiants-entrepreneurs d'ici 2018

le
17
La secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso.
La secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso.

Le gouvernement annonçait jeudi 19 juin la création d'un statut étudiant-entrepreneur pour la rentrée 2014. L'initiative s'inscrit dans le cadre du Pepite (Plan étudiant pour l'innovation, le transfert et l'entrepreneuriat) lancé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Un projet qui séduit aussi Najat Vallaud-Belkacem, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, qui veut miser sur l'entrepreneuriat pour lutter contre le chômage des jeunes. "En France, les jeunes sont bien formés et pleins d'idées, mais ils créent moins d'entreprises que chez nos voisins", observe-t-elle. Un constat partagé par les acteurs de la French Tech, qui soulignent également le manque d'investisseurs prêts à soutenir les initiatives françaises. Avec la mise en place d'un statut étudiant-entrepreneur accessible à tous les bacheliers, étudiants et jeunes diplômés de moins de 28 ans, le gouvernement espère bien donner les clés de la réussite aux futurs Zuckerberg (le créateur de Facebook) et compte sur 20 000 créations ou reprises d'entreprises par des jeunes en quatre ans.Préserver les avantages sociaux...Aujourd'hui, rares sont les étudiants qui décident de mener de front leurs études et la création d'une entreprise. En effet, selon l'APCE (Agence pour la création d'entreprises), seuls 3 % des créateurs d'entreprises étaient étudiants en 2013. Et pour cause ! On ne peut pas dire que les démarches...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 25 juin 2014 à 00:43

    Encore l'assistanat et non pas le petit artisanat local et 20 000 créations d'entreprises par la volonté d'un GvT aussi nul ; combien cela va t'il coûter à celles et ceux qui paient des impôts et pour quel résultat !

  • M9095115 le mardi 24 juin 2014 à 19:01

    En France on a toujours aidés les faignasses pour bénéficier de leurs votes

  • M9095115 le mardi 24 juin 2014 à 18:59

    stepson.7000euros d'aides pour un créateur d'entreprises c'est moins que les emplois aidés ou les intermittents.

  • M9095115 le mardi 24 juin 2014 à 18:56

    Les 20000 étudiants seront entrepreneurs mais ailleurs.Chez les Anglais,Suisses,Canada,Australie

  • M4426670 le mardi 24 juin 2014 à 11:57

    Baissez les dépenses publiques qui ne sont que des impots, laissez les gens bosser sans tout leur prendre dès qu'ils gagnent un peu, laissez les entreprises embaucher en laissant les partenaires (les vrais: employeur - salariés) contracter ET décontracter librement au lieu de créer des usines à gaz qui ne répondent pas aux besoins......

  • stepson le mardi 24 juin 2014 à 11:45

    Aux US, on admet communément que pour générer 1$ de chiffre d'affaire, il faut en investir en capital jusqu'à 4$ !! Une entreprise qui va faire 1 million de $ de chiffre d'affaire va recevoir 4M$ de capital pendant sa phase de démarrage... En France on demande au créateur d’hypothéquer sa maison de générer d'abord 3 exercices de résultat positif et alors seulement alors on accepte de lui prêter la moitié de ce dont il a besoin. Et ca aujourd'hui les étudiants le savent...

  • stepson le mardi 24 juin 2014 à 11:42

    En France on raisonne trop souvent à l'envers en parlant exonération... Raisonnons plutôt positivement en se posant la question de ce que doit générer l'entreprise comme chiffre d'affaire pour payer les salaires et les charges. Permettons aux entreprises en démarrage de payer leurs charges. Ceci passe forcément par une capitalisation plus importante des entreprises pendant la phase de perte du démarrage.... On refuse de l'admettre, c'est ce qui différencie la France des États Unis.

  • stepson le mardi 24 juin 2014 à 11:36

    Je viens de finir la lecture de l'article. En gros au lieu d'obliger le capital (banques, investisseurs, business angels) à capitaliser correctement les boites pour que le créateur puisse vivre normalement pendant la phase de démarrage), on fait du rafistolage en conservant les tarifs réduit au ciné et à la piscine et la sécu étudiante pendant 1 an... Le créateur il s'en fout de ces tarifs réduits, il n'a plus le temps d'y aller au ciné..... On marche sur la tête !

  • M940878 le mardi 24 juin 2014 à 11:35

    en France ?

  • stepson le mardi 24 juin 2014 à 11:32

    L'article parle de doubler le prêt d'aide à la création de 7000€ à 14000€... Sur le campus de Stanford, les bourses (pas un prêt, mais bien un don !) pour créer une boite sont de 100.000$ (cent milles dollars !!!). Les zuckerberg et consors ne démarrent pas dans les mêmes conditions que nos étudiants. Il faut arrêter le saupoudrage d'aides inefficaces et augmenter sensiblement le montant des aides.