Obi Wan K-Iwobi

le
0
Obi Wan K-Iwobi
Obi Wan K-Iwobi

Arsène Wenger aime faire des paris sur des jeunes joueurs, et sa dernière trouvaille monte en puissance. Du haut de ses 20 ans, Alex Iwobi est l'une des bonnes pioches du début de saison d'Arsenal, comme peuvent en témoigner les Parisiens qui l'ont vu cavaler sur la pelouse du Parc en Champions League.

La Ligue des Champions, c'est du sérieux. Pas question de plaisanter, encore moins lors de l'entrée en piste, surtout lorsque comme Arsène Wenger, on dispute la compétition sans discontinuer depuis quinze ans. En vieux briscard des joutes européennes, le coach d'Arsenal connait les dangers et sait les remarquer, surtout lorsqu'ils sont aussi gros que le Paris Saint-Germain. Alors peu après 20 heures, ce mardi 13 septembre, sa compo tombe, en forme d'armada. Les Sanchez, les Özil, Cazorla, Coquelin... Tout le monde est invité à la fête parisienne, et au milieu de cette clique de tuerus londoniens, un nom que l'on attendait pas forcément : Alex Iwobi.

La surprise du chef, jugent les observateurs. Mais le Nigérian n'avait pas enfilé son maillot juste pour être l'attraction de la feuille de match. 77e minute, il bombarde Areola qui doit sortir une parade de costaud pour repousser le ballon. Manque de pot pour les Parisiens, Alexis Sanchez trainait par là pour récupérer la gonfle et marquer. Cinq minutes plus tard, Iwobi frappe à nouveau au cadre et force encore Areola à plonger pour arrêter le tir. Iwobi restera sur le terrain jusqu'à la fin du match. La marche parisienne n'était pas trop haute pour lui.

Maillot vert


Mais les supporters d'Arsenal sont méfiants. Des jeunots annoncés comme des prodiges et qui finissent par avoir toutes les peines du monde à s'imposer au club, ils commencent à en avoir vu passer quelques spécimens. Rien que cette saison, Oxlade-Chamberlain et Walcott sont encore dans les parages. Mais Iwobi a au moins l'avantage d'être un gars du cru, formé au club, et qui mouille la tunique des Gunners depuis qu'il a sept ans. Né à Lagos, au Nigéria, en 1996, Iwobi est arrivé en Angleterre avec sa famille trois ans auparavant, et il sera appelé chez les U16, U17 et U18 des Three Lions. " Il devrait jouer pour l'Angleterre " prophétise Arsène Wenger, qui lui devine un bel avenir avec la sélection.


Mais Iwobi finira par choisir la sélection nigériane. Mauvais timing. Non seulement il a raté les exploits de la génération Iheanacho -lui aussi né en 1996- championne du monde des U17 en 2013 et finaliste de la CAN U17…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant