Obésité : un anticorps renforce l'appétit

le
0
Les obèses ont dans le sang des immunoglobulines qui viennent protéger l'hormone de la faim, la ghréline. Celle-ci peut ainsi agir plus longuement sur le cerveau pour stimuler l'appétit.

De nombreuses formes d'obésité sont liées à une prise alimentaire trop importante appelée hyperphagie. Que ce dérèglement soit d'origine psychologique, génétique ou environnementale, les mécanismes physiologiques à l'œuvre restent mal connus. Des chercheurs de l'unité INSERM «Nutrition, inflammation et dysfonction de l'axe intestin-cerveau» de l'Université de Rouen pensent qu'un anticorps présent dans le sang joue un rôle clé. Avec des collègues japonais de l'université de Kagoshima, ils présentent leur théorie, étayée par des expériences menées sur des souris, dans un article publié vendredi dans la revue Nature Communications.

En théorie, après une période de surabondance alimentaire, un système complexe de régulation de l'appétit doit conduire une personn...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant