Obertan perdu

le
0
Obertan perdu
Obertan perdu

Arrivé en provenance de Manchester United en 2011, Gabriel Obertan passe la majorité de son temps à l'infirmerie depuis qu'il a signé à Newcastle. Alors que ses deux clubs anglais se rencontrent cet après-midi, l'ancien Bordelais regardera le match depuis son canapé. L'homme s'est peté la cuisse droite à l'automne en essayant de déborder Dejan Lovren. Fin de la vanne.

"Gabriel Obertan filait à toute allure, mais, dans le dernier tiers du terrain, il s'emmêlait parfois les pinceaux. Il devait coordonner sa vitesse et son cerveau pour pouvoir porter l'estocade." En deux phrases, Sir Alex Ferguson s'est payé Gabriel Obertan dans sa dernière autobiographie. Aujourd'hui, l'ancien Girondin de Bordeaux joue à Newcastle. Enfin, il appartient aux Magpies, mais dispute en moyenne une quinzaine de matchs par saison. Remplaçant en Premier League, l'ailier joue de temps en temps les matchs de Coupe. Incroyable pour un gamin lancé dans le grand bain à 17 ans par Ricardo, alors à la tête des Girondins. Ses débuts étaient prometteurs : vitesse, dribble, explosivité, insouciance. La France pensait avoir mis la main sur une pépite. À 25 ans, Obertan est pour l'instant plus proche du toc que de l'or. La faute à des blessures à répétition et à un mental parfois déficient.

Sous Laurent Blanc - qui va prendre la suite de Ricardo en Gironde - et Christian Gourcuff lors de son prêt à Lorient en 2009, les mots des entraîneurs vont pointer le même mal : il est mental. "Il faudra qu'il passe un cap mental", disait de lui Gourcuff dans L'Équipe en 2009. Même son de cloche de Blanc dans les mêmes colonnes : "Il a le potentiel, mais il faut une remise en question psychologique et mentale pour qu'il puisse exprimer toute sa valeur." Alors quand le môme, à peine titulaire en Ligue 1, décide de rejoindre Manchester United en 2009 (4 millions d'euros de transfert), on se pose des questions. Pour Ferguson et United, c'est un énième pari. Comme Diouf, Bellion, Rafael, Fabio, Rodrigo Possebon, Solskjær ou encore Hernandez, le vieil Écossais tente des choses. Certaines vont se révéler payantes, d'autres désastreuses. Obertan est entre les deux. Surtout, le garçon au crâne sensiblement identique à celui de Mikaël Silvestre paye un corps fragile. Trop fragile pour le football anglais. Dès son arrivée dans les îles Britanniques, il se blesse pour cinq mois. Sa première année est un doux cauchemar (13 matchs, aucun but).
Un match de Coupe contre une D5 et puis la cave
La seconde connaît un meilleur départ puisqu'il plante en Ligue des champions contre Bursaspor en phase de poules et enchaîne deux titularisations en championnat. Le déclic. Non. Le point de non-retour. Presque. Il faudra attendre février 2011...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant