Obama veut obtenir la fermeture de Guantanmo

le
0
Obama veut obtenir la fermeture de Guantanmo
Obama veut obtenir la fermeture de Guantanmo

Barack Obama veut fermer la prison de Guantanamo. Il a réaffirmé mardi qu'il allait redoubler d'efforts pour obtenir la fermeture de cet établissement où un nombre croissant de détenus sont en grève de la faim. Obama a ainsi repris une vieille promesse faite lors de sa campagne électorale et torpillée par le Congrès. La pression s'est accrue ces dernières semaines sur le président pour qu'il honore cette promesse sur la prison américaine controversée implantée à Cuba et où 166 détenus sont toujours enfermés.

Un mouvement de grève de la faim, entré lundi dans sa douzième semaine, ne cesse de s'étendre et touche aujourd'hui 100 prisonniers, selon le bilan officiel de la prison, 130 selon les avocats. Quelque 21 prisonniers sont désormais alimentés de force par des sondes nasales et l'US Navy a dû dépêcher une quarantaine de personnels médicaux supplémentaires en renfort sur la base.

«Je ne veux pas que ces personnes meurent. Le Pentagone essaie de gérer la situation du mieux qu'il peut mais je pense que nous devrions tous réfléchir à pourquoi nous faisons cela, a affirmé Barack Obama lors d'une conférence de presse. Ce n'est pas une surprise pour moi si nous avons des problèmes à Guantanamo». Le président veut continuer «à croire» qu'il faut fermer Guantanamo. «C'est important pour nous de comprendre que Guantanamo n'est pas nécessaire pour la sécurité de l'Amérique. Cela coûte cher. C'est inefficace», a-t-il asséné.

Cela affecte l'image des Etats-Unis

Sans compter que cela affecte l'image des Etats-Unis, «entrave la coopération antiterroriste» et constitue un «outil de recrutement pour les extrémistes», selon lui. La prison militaire implantée sur une base américaine à Cuba accueille depuis 2002 des islamiste, les «ennemis combattants» de la guerre contre le terrorisme déclarée par George W. Bush. Dès sa prise de fonction le 20 janvier 2009, Barack Obama avait ordonné sa...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant