Obama va signer une loi défense compliquant la fermeture de Guantanamo

le
0

WASHINGTON, 11 novembre (Reuters) - Le Sénat américain a approuvé mardi un vaste projet de loi consacré à la politique de défense des Etats-Unis, un texte qui, selon la Maison blanche, sera approuvé par le président Barack Obama malgré des dispositions rendant plus difficule la fermeture de la prison militaire Guantanamo. Le projet de loi, qui prévoit 607 milliards de dollars (565 milliards d'euros) de dépenses militaires, a été voté à 91 voix pour et trois voix contre par le Sénat. Barack Obama s'était opposé à une précédente version du texte en raison notamment des dispositions relatives à Guantanamo, que le président américain s'était engagé à fermer peu après son arrivée au pouvoir en 2008. Mais le projet de loi voté par le Sénat, une semaine après son adoption à une large majorité par la Chambre des représentants, prolonge l'interdiction pesant sur le transfert de détenus de Guantanamo, base située à Cuba, vers les Etats-Unis et impose de nouvelles restrictions sur les transferts vers d'autres pays, comme la Libye, la Syrie, le Yemen et la Somalie. Ce texte porte donc un coup à la promesse, réaffirmée la semaine dernière par la Maison blanche, faite par Barack Obama de fermer la prison avant la fin de son mandat en 2017. ID:nL8N131590 Josh Earnest, un porte-parole de la Maison blanche, a déclaré qu'il y avait trop d'aspect importants dans le projet de loi, connu sous le nom National Defense Authorization Act (NDAA), pour y apposer un nouveau veto. "Il faut s'attendre à voir le président signer le NDAA lorsqu'il sera déposé sur son bureau", a-t-il dit. "Cela ne reflète nullement une modification de notre position (...) au sujet de la nécessité de fermer la prison de Guantanamo Bay." Barack Obama devrait soumettre en projet en la matière cette semaine. Une telle initiative ne manquera pas de rencontrer une vive opposition au Congrès et certains disent que le président américain pourrait avoir recours à un décret pour aboutir à ses fins. Interrogé au sujet d'une telle éventualité, Josh Earnest a déclaré que la préoccupation actuelle de l'administration était d'amener le Congrès à examiner son projet de fermeture de la prison Guantanamo Bay. Ouvert un an après les attentats du 11 septembre 2001 au sein d'une base militaire sur l'île de Cuba, le camp de Guantanamo a vu passer près de 780 détenus, faits prisonniers par les Etats-Unis dans le cadre de leur "guerre contre le terrorisme". A ce jour, 116 personnes s'y trouvent encore. La prison de Guantanamo est critiquée par les associations de défense des droits de l'homme, qui dénoncent les exactions qui y auraient été commises, et sert, selon le gouvernement américain, la propagande djihadiste. (Patricia Zengerle et Doina Chiacu, Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant