Obama va annoncer une normalisation des relations avec Cuba

le
0

(Actualisé tout du long) WASHINGTON/LA HAVANE, 17 décembre (Reuters) - Barack Obama va annoncer une normalisation de la politique américaine à l'égard de Cuba lors d'une déclaration qu'il doit prononcer ce mercredi à midi (17h00 GMT), indique un responsable américain. Au même moment, le président cubain Raul Castro a prévu de faire une importante déclaration concernant les relations entre Cuba et les Etats-Unis, rapporte la télévision publique cubaine. Les Etats-Unis vont engager des pourparlers sur une normalisation de leurs relations avec Cuba et l'ouverture d'une ambassade, annonce l'agence Associated Press citant un responsable américain. Un collaborateur du Congrès américain a déclaré que Barack Obama va annoncer un assouplissement de l'embargo contre Cuba et des restrictions aux voyages. Cette double annonce intervient après la libération pour des "motifs humanitaires" du ressortissant américain Alan Gross qui a passé cinq années dans une prison cubaine pour avoir tenté d'ouvrir des accès internet sur l'île pour le compte de l'Agence américaine du développement (Usaid). Selon la chaîne CNN, la libération d'Alan Gross intervient dans le cadre d'un échange de prisonniers, Cuba ayant également relâché une source des services américains de renseignement et les Etats-Unis ayant remis en liberté trois agents cubains détenus depuis 1998. Alan Gross, 65 ans, avait été arrêté le 3 décembre 2009 et condamné à 15 années d'emprisonnement pour importation de technologie illégale et tentative de constitution d'un réseau internet à destination des juifs cubains. Barack Obama avait transmis en juin un message à son homologue cubain Raul Castro par l'entremise du président uruguayen José Mujica. Obama avait demandé à Mujica, dirigeant de gauche qui tente d'améliorer les relations entre Washington et La Havane, d'intervenir auprès de Raul Castro en faveur d'Alan Gross. Selon son avocat et sa famille, Alan Gross se trouve dans un état d'épuisement mental, il est amaigri, physiquement diminué et a perdu cinq dents. CRITIQUES ATTENDUES Quelle que soit l'annonce que Barack Obama s'apprête à faire celle-ci devrait lui valoir des critiques à la fois à Washington et dans la communauté cubaine exilée à Miami en Floride. Les trois agents cubains détenus par les Etats-Unis sont Gerardo Hernandez, 49 ans, Antonio Guerrero, 56 ans et Ramon Labanino, 51 ans. Deux autres agents cubains avaient été déjà été libérés avant d'avoir purgé la totalité de leur peine. Les cinq agents avaient été condamnés pour espionnage des associations anti-castristes en exil en Floride et pour surveillance d'installations militaires. Dans leur pays, ils sont considérés comme des héros de la lutte contre le terrorisme pour avoir réussi à infiltrer des groupes d'exilés en Floride. Guerrero et Labanino devaient être libérés dans les prochaines années tandis que Hernandez purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour complot après que Cuba eut abattu deux avions civils américains en 1996, tuant quatre Américano-Cubains. La Maison blanche avait jusqu'à présent opposé un refus catégorique à l'idée d'un échange de prisonniers pour obtenir la libération d'Alan Gross, mais la détérioration de l'état de santé de ce dernier ainsi que les pressions de proches du détenu et d'experts en politique étrangère ont modifié sa position. Gross avait perdu près de 46 kilos après avoir observé une grève de la faim de cinq jours en avril. Le jour de son 65e anniversaire en mai, il avait souhaité mourir plutôt que de passer une année supplémentaire en détention. (Matt Spetalnick et Daniel Trotta à La Havane; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant