Obama savait depuis 2010 que les USA espionnaient Merkel, dit Bild

le
1
BILD DIT QU?OBAMA SAVAIT DEPUIS 2010 QUE LES USA ESPIONNAIENT MERKEL
BILD DIT QU?OBAMA SAVAIT DEPUIS 2010 QUE LES USA ESPIONNAIENT MERKEL

par Annika Breidthardt

BERLIN (Reuters) - Barack Obama savait depuis 2010 que les services secrets américains espionnaient les communications d'Angela Merkel et le président américain a lui-même demandé à obtenir davantage d'informations au sujet de la chancelière allemande, a rapporté dimanche le Bild am Sonntag.

L'Allemagne a appris cette semaine que les services de renseignements américains de la National Security Agency (NSA) avaient mis sur écoute le téléphone mobile d'Angela Merkel, Berlin convoquant alors l'ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, fait inédit entre les deux alliés depuis l'après-Guerre.

Reuters n'a pu confirmer l'information du Bild. La NSA a démenti que Barack Obama ait été mis au courant de l'opération par le chef de la NSA en 2010. La Maison blanche et le gouvernement allemand n'ont rien dit.

Le Parlement européen doit envoyer ce lundi à Washington une délégation de neuf élus pour recueillir la réponse des autorités américaines aux allégations d'espionnage de citoyens et de gouvernements européens par la NSA. L'Allemagne a fait savoir qu'elle enverrait sa propre délégation aux Etats-Unis.

Le Wall Street Journal a pour sa part annoncé dimanche que la NSA avait mis fin au programme concernant la chancelière allemande après la découverte de l'opération à la faveur d'une enquête de l'administration Obama qui a commencé cet été.

Le programme concernait aussi 35 autres dirigeants mondiaux, dont certains le sont toujours, écrit le quotidien américain.

En réponse à cet article, Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC), indique que Barack Obama a ordonné un examen des activités de surveillance des Etats-Unis.

"Via cet examen, mené par la Maison blanche, les Etats-Unis examinent la façon dont nous collectons le renseignement pour être sûrs que nous rendons compte de la façon qui convient des préoccupations pour la sécurité de nos concitoyens et alliés et des préoccupations relatives à la vie privée partagées par tout le monde", a déclaré Caitlin Hayden, ajoutant qu'elle n'était pas habilitée à en dire plus.

Selon Der Spiegel de samedi, Barack Obama avait assuré mercredi à Angela Merkel qu'il n'était pas au courant de cette surveillance et qu'il y aurait mis fin s'il en avait été informé.

LA NSA DÉMENT

Mais, citant "un membre des services de renseignement américains impliqué dans les activités de la NSA contre Merkel", le Bild am Sonntag écrit que le chef de la NSA, Keith Alexander, a informé en personne Barack Obama de ces pratiques en 2010.

"Obama n'a alors pas mis fin à l'opération mais l'a laissée se poursuivre", a dit cette source citée par le journal allemand.

La NSA a affirmé pour sa part que Keith "Alexander "n'a jamais discuté avec Obama d'opérations présumées de renseignement impliquant la chancelière allemande Merkel en 2010 pas plus qu'à un autre moment".

"Les informations de presse prétendant le contraire ne sont pas véridiques", ajoute Vanee Vines, une porte-parole de l'Agence de sécurité nationale dans un communiqué.

Le Bild am Sonntag affirme que Barack Obama a réclamé davantage d'informations au sujet d'Angela Merkel et qu'il a ordonné à la NSA d'établir un "dossier exhaustif" sur la chancelière. "Obama, d'après la source à la NSA, n'avait pas confiance en Merkel et voulait tout savoir au sujet de l'Allemande", écrit le journal.

La Maison blanche a refusé de s'exprimer à ce sujet. Caitlin Hayden, porte-parole du président américain, s'est contentée de rappeler la ligne officielle selon laquelle les Etats-Unis collectent les mêmes types de renseignements que tous les autres pays.

TÉLÉPHONES CRYPTÉS

D'après le Bild am Sonntag, la NSA a intensifié sa surveillance, en particulier du contenu des SMS et des appels téléphoniques passés par Angela Merkel, à l'initiative de Barack Obama et elle a entrepris de pirater un nouvel appareil censément inviolable obtenu au cours de l'été par la chancelière allemande, ce qui signifierait que l'espionnage s'est poursuivi jusque dans un "passé récent".

La NSA a commencé à espionner le prédécesseur d'Angela Merkel, Gerhard Schröder, lorsque ce dernier s'est opposé à la guerre en Irak lancée en 2003 par George W. Bush. Elle a poursuivi cette surveillance lorsque Merkel est devenue chancelière en 2005.

Les données étaient recueillies par une cellule de 18 agents de la NSA installée à l'ambassade américaine à Berlin, à environ 800 mètres de la chancellerie. Elles étaient ensuite directement envoyées à la Maison blanche et non à Fort Meade, siège de l'agence, contrairement à l'usage, poursuit le Bild am Sonntag.

Seule la ligne fixe d'Angela Merkel dans son bureau n'a pas été piratée.

Angela Merkel dit utiliser des téléphones cryptés pour tous ses appels téléphoniques liés à ses fonctions de chancelière et un portable financé par son parti pour les autres conversations.

D'après le Welt am Sonntag, Angela Merkel pourrait avoir enfreint les protocoles de sécurité en utilisant un téléphone portable non sécurisé mais un porte-parole du gouvernement allemand a assuré à ce journal que la chancelière passait par des lignes cryptées pour ses discussions confidentielles.

En août, à la suite de premières révélations sur l'espionnage de l'Allemagne par la NSA, le gouvernement allemand avait déclaré que les Etats-Unis avaient fourni les garanties suffisantes sur le fait qu'ils respectaient le droit allemand.

L'affaire du téléphone d'Angela Merkel a toutefois relancé la polémique depuis mercredi en Allemagne.

"L'espionnage est un crime et ceux qui en sont responsables doivent rendre des comptes", a dit le ministre de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, cité par le Bild am Sonntag.

Les sociaux-démocrates, avec lesquels le bloc conservateur CDU-CSU d'Angela Merkel négocie un programme de gouvernement, ont joint leur voix à celles d'une partie de l'opposition pour réclamer la formation d'une commission d'enquête parlementaire.

Avec Anna Yukhananov; Bertrand Boucey et Danielle Rouquié pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb le lundi 28 oct 2013 à 07:51

    savait ou ne savait pas. dans l'un ou l'autre cas, Barack est toujours responsable. Il a peut-être fait de telles écoutes pour la paix dans le monde ...et la recherche d'informations stratégiques.