Obama s'inquiète de l'offensive des hackers contre des banques américaines

le
1
Obama s'inquiète de l'offensive des hackers contre des banques américaines
Obama s'inquiète de l'offensive des hackers contre des banques américaines

La Maison Blanche est sur les nerfs. Les hackers qui ont volé illégalement des données de millions de clients de la banque américaine JPMorgan Chase ont essayé de s'en prendre à une dizaines d'autres établissements, selon des sources proches du dossier. 

Cette cyber-attaque a été évoquée à différentes reprises par le président Barack Obama et ses conseillers, affirme mercredi le New York Times.

Barack Obama n'a eu de cesse d'en demander les motifs, écrit le journal, interrogeant ses conseillers pour savoir si elles pouvaient provenir de Russie alors que Moscou est actuellement visé par des sanctions économiques des pays occidentaux en raison de la crise en Ukraine. «On n'en est pas certain», lui auraient-ils répondu, selon le journal.

Cette attaque informatique sophistiquée qui met en lumière la vulnérabilité des grandes banques américaines, a également touché d'autres établissements financiers.  Les même hackers, qui ont pénétré le système informatique de JPMorgan, ont essayé à différentes reprises cette année de s'introduire dans les systèmes informatiques de grandes banques et d'établissements régionaux mais sans grand succès, ont précisé des sources proches du dossier.

Selon des sources bancaires, c'est la même adresse IP utilisée pour s'introduire chez JPMorgan qui a été répétée chez les autres institutions. JPMorgan avait révélé la semaine dernière que 76 millions de ménages et 7 millions de PME avaient été touchés par un piratage informatique perpétré durant l'été. Les hackers n'ont eu accès qu'aux listings des clients mais n'ont pas pu accéder aux données personnelles tels les numéros de comptes, les mots de passe, les dates de naissance et les numéros de sécurité sociale, selon la banque.

La troisième banque américaine en termes d'actifs, Citigroup, était aussi dans la ligne de mire des pirates, selon une source interne.  On retrouve aussi la banque régionale ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le jeudi 9 oct 2014 à 08:06

    On n'aime bien pénétrer chez les autres ... NSA et co ... mais on ne veut pas que l'on le fasse chez soi.