Obama s'appuie sur le privé pour "le pas de géant" vers Mars

le
0
Obama s'appuie sur le privé pour "le pas de géant" vers Mars
Obama s'appuie sur le privé pour "le pas de géant" vers Mars

Le président américain Barack Obama a confirmé mardi sa volonté de s'appuyer sur une étroite collaboration avec le secteur privé pour faire "le pas de géant" vers Mars en y envoyant des hommes."Nous avons fixé un objectif clair pour le prochain chapitre de l'histoire de l'Amérique dans l'espace: envoyer des humains sur Mars dans la décennie 2030 et les faire revenir sur Terre en sécurité", rappelle M. Obama dans une tribune publiée sur le site de CNN.L'ambition ultime est, souligne-t-il, "d'un jour" pouvoir rester sur la planète rouge "pour une longue durée".Le président américain annonce une collaboration avec le secteur privé pour construire de nouveaux vaisseaux qui pourront accueillir et transporter des astronautes "sur des missions de longue durée dans l'espace lointain"."Ces missions nous permettront de comprendre comment les humains peuvent vivre loin de la Terre, quelque chose dont nous aurons besoin pour le long voyage vers Mars", ajoute-t-il.La Maison Blanche a précisé que six sociétés, parmi lesquelles Boeing et Lockheed Martin, avaient été retenues cet été pour fabriquer des prototypes pour des modules d'habitation au-delà de la banlieue proche de la Terre, où vole la station spatiale internationale. Elles recevront au total 65 millions de dollars dans les deux prochaines années.Ces espaces habitables pourront être construits sur une planète, comme Mars, ou utilisés dans des vaisseaux qui emporteront des astronautes sur de longs périples spatiaux.Un des principaux défis logistiques sera de pouvoir transporter assez de nourriture et d'eau pour des trajets de plusieurs mois, voire plusieurs années. Et peu de recherches ont été faites sur le sujet jusqu'à présent.Intitulée "L'Amérique fera le pas de géant vers Mars", la tribune de Barack Obama est une allusion à la phrase mythique prononcée le 21 juillet 1969 par Neil Armstrong, à son arrivée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant