Obama promet de soutenir ses alliés du Golfe contre toute menace

le
0

* Le président américain recevait les pays du CCG à Camp David * Washington promet son aide contre toute "attaque extérieure" * Un accord sur le nucléaire "dans l'intérêt de la sécurité" (Actualisé avec déclarations d'Obama) par Jeff Mason et Roberta Rampton WASHINGTON, 15 mai (Reuters) - Barack Obama a promis jeudi à ses alliés du Golfe arabo-persique l'aide des Etats-Unis contre toute "attaque extérieure" avec l'espoir de les rassurer sur le degré d'engagement de Washington dans la région malgré la perspective d'un accord sur le programme nucléaire iranien. Au terme d'un mini-sommet à Camp David, dans le Maryland, Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis oeuvreraient avec le Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Koweït, Qatar, Bahreïn, Emirats arabes unis et Oman) pour contrer les "activités déstabilisatrices" de Téhéran au Moyen-Orient. "Je réaffirme notre engagement à toute épreuve en faveur de la sécurité de nos partenaires du Golfe", a dit le président américain lors de la conférence de presse de clôture. Barack Obama n'a cependant pas offert aux Etats du Golfe l'accord de défense formel que certains d'entre eux réclament. Des mesures plus modestes ont été annoncées, portant sur l'aide des Etats-Unis pour la mise en place d'un système régional intégré de défense antimissile, sur la simplification des procédures de vente d'armements et sur l'augmentation des exercices militaires communs. Par cette réunion, Washington a cherché à dissiper les craintes des Etats du Golfe concernant la levée des sanctions actuellement en vigueur contre l'Iran, dans le cadre d'un accord définitif sur les activités nucléaires de la République islamique, dont la date butoir a été fixée au 30 juin. Les pétromonarchies redoutent que cette levée des sanctions ne renforce le poids de l'Iran et augmente le risque de déstabilisation de la région. Ces divergences sur l'Iran, mais aussi la guerre civile en Syrie ou le printemps arabe sont apparues lors du mini-sommet, boudé par le roi Salman d'Arabie saoudite, qui était représenté par le prince héritier Mohammed ben Nayef et par le vice-prince héritier Mohamed ben Salman. La Maison blanche s'est efforcée de minimiser l'absence du souverain saoudien, expliquant que la réunion de Camp David constituait une série de rencontres de travail plus utiles que de simples photos officielles. EQUILIBRISME Barack Obama a joué les équilibristes pour tenter à la fois de rassurer ses alliés du Golfe sur sa diplomatie envers l'Iran et les inviter à travailler davantage à leur défense collective. "Les Etats-Unis soutiendront leurs partenaires du CCG contre toute attaque extérieure et approfondiront et étendront leurs liens de coopération", a souligné le président américain. Mais il a aussi insisté sur la nécessité que les Etats du Golfe, qui ont des divergences entre eux, coopèrent ensemble. Dans une déclaration commune publiée en fin de sommet, les pays du CCG s'engagent à développer un bouclier antimissile régional, ce que Washington préconise de longue date. Le président américain ne semble cependant pas avoir beaucoup obtenu des pays du Golfe concernant les négociations sur le nucléaire iranien. La Maison blanche avait espéré a minima que ses alliés arabes adouciraient leurs critiques à propos de ce dossier, afin de convaincre un Congrès sceptique qu'elle bénéficie d'appuis dans la région, en dépit de l'hostilité affichée d'Israël à un accord avec Téhéran. Barack Obama a consacré la première partie de la réunion à informer ses interlocuteurs de l'avancée des négociations avec Téhéran, assurant qu'il cherchait à obtenir une "transaction" sur le nucléaire iranien et non "un rapprochement plus large" avec l'Iran, a indiqué Ben Rhodes, conseiller à la sécurité nationale du président. Dans la déclaration commune, les participants au sommet admettent qu'un "accord complet et vérifiable, qui répond pleinement aux inquiétudes régionales et internationales concernant le programme nucléaire iranien, va dans le sens des intérêts sécuritaires des Etats membres du CCG". Mais les pays du Golfe se sont abstenus d'approuver l'accord intérimaire de Lausanne conclu le 2 avril dernier, qui envisage une levée des sanctions en échange d'une limitation des activités nucléaires de Téhéran. Parmi les engagements annoncés, Washington a promis qu'il aiderait les Etats du Golfe à renforcer leur "sécurité maritime" dans cette région qui abrite les principales routes pétrolières de la planète, par allusion à de récentes actions iraniennes. La marine de la République islamique a tiré jeudi plusieurs coups de semonce en direction d'un cargo battant pavillon singapourien dans les eaux internationales du Golfe, selon des responsables américains. ID:nL5N0Y52U7 (Pierre Sérisier, Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant