Obama promet de maintenir la pression sur l'Etat islamique

le
0

(Actualisé avec citation supplémentaire sur Israël §§8-10) par Steve Holland et Matt Spetalnick NATIONS UNIES, 24 septembre (Reuters) - Barack Obama a affiché mercredi devant les Nations unies sa détermination face aux combattants de l'Etat islamique (EI) et a une nouvelle fois appelé le monde à soutenir l'action des Etats-Unis contre les djihadistes en Syrie et en Irak. Avant son discours, devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York, des positions de l'Etat islamique étaient pillonnées pour la troisième fois cette semaine. ID:nL6N0RP47B "Aucun dieu ne permet cette terreur", a dit le président des Etats-Unis en accusant les djihadistes d'utiliser le viol comme une arme de guerre, d'abattre des enfants et de décapiter ses victimes. "Le seul langage compris par les tueurs de ce genre est le langage de la force. Aussi, les Etats-Unis d'Amérique travailleront avec une large coalition pour démanteler ce réseau de la mort", a dit le président dans un discours de près de 40 minutes. Le Conseil de sécurité doit approuver dans la journée une résolution appelant les gouvernements à agir fermement contre l'EI, notamment en matière de financement. Les Etats-Unis, a dit Barack Obama, élu en 2008 notamment sur la promesse de retirer les troupes américaines d'Irak, n'ont pas l'intention d'occuper un pays ou un autre, mais de "soutenir les Irakiens et les Syriens qui luttent pour reconquérir leurs communautés." "Aujourd'hui, je demande au monde de participer à cet effort. Ceux qui ont rejoint l'EIIL feraient bien de quitter le champ de bataille quand ils le peuvent encore", a lancé Barack Obama, qui utilise un ancien sigle pour désigner l'EI. APPEL A LA NÉGOCIATION Evoquant le conflit israélo-palestinien, Barack Obama a demandé à Israël de faire un pas vers les Palestiniens après un été de violences dans la bande de Gaza. "La violence qui recouvre la région en ce moment fait que trop d'Israéliens sont prêts à renoncer au dur travail de la paix", a dit Barack Obama. Puis, s'éloignant du texte de son discours transmis aux journalistes, le président américain a ajouté: "Et c'est quelque chose qui mérite réflexion au sein d'Israël." "Parce que soyons clair, le statu quo en Cisjordanie et à Gaza n'est pas tenable. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous détourner de cet effort, pas quand des roquettes sont tirées contre des Israéliens innocents ou quand la vie de tant d'enfants palestiniens nous est prise à Gaza", a-t-il dit. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui entretient des relations difficiles avec Barack Obama, est attendu à la Maison blanche le 1er octobre. Obama a profité de son discours annuel devant 193 pays pour appeler les grandes puissances à traiter leurs différends par la négociation directe plutôt que par "l'intermédiaire des armes". A propos de l'Ukraine, il s'est engagé à lever les sanctions contre la Russie si cette dernière cessait de soutenir les séparatistes ukrainiens. Les Etats-Unis, a dit le président, seraient prêts à s'engager dans le genre de processus diplomatique qui par le passé a permis de réduire les stocks nucléaires russes et américains et persuadé la Syrie de renoncer à ses armes chimiques. A propos du programme nucléaire iranien, Barack Obama a estimé qu'il était encore possible de conclure un accord avec Téhéran. "Mon message aux dirigeants et au peuple iranien est simple: ne laissez pas passer cette occasion", a dit le chef de la Maison blanche. "Nous pouvons trouver une solution qui réponde à vos besoins énergétiques tout en assurant au monde que votre programme est pacifique." Barack Obama, qui doit se rendre à Pékin en novembre, a appelé les pays asiatiques, sans mentionner la Chine en particulier, à résoudre pacifiquement leurs différends territoriaux dans le respect du droit international. Il a également demandé que d'autres pays s'engagent concrètement pour lutter contre l'épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l'Ouest. (Avec Louis Charbonneau; Eric Faye, Danielle Rouquié et Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant