Obama n'agira pas sur l'immigration avant le scrutin de novembre

le
1

WASHINGTON, 6 septembre (Reuters) - Barack Obama ne prendra aucune initiative sur une réforme de l'immigration aux Etats-Unis avant les élections de mi-mandat en novembre car ses adversaires républicains pourraient tenter d'exploiter la question à des fins électorales, a déclaré samedi un responsable de la Maison blanche. Les démocrates, menacés de perdre leur majorité au Sénat, redoutent d'être fragilisés face aux électeurs si le président modifie par décret, donc sans aval du Congrès, la législation sur l'immigration. Les républicains contrôlent déjà la Chambre des représentants. "La réalité que le président doit prendre en considération est que nous sommes en plein milieu d'une séquence électorale", a dit ce responsable ayant requis l'anonymat. "Et en raison de la politisation extrême de la question par les républicains, le président pense qu'il serait néfaste pour sa politique en elle-même et pour les perspectives à long terme de réforme globale de l'immigration d'annoncer des initiatives par décret avant les élections", a ajouté ce responsable. Barack Obama prendra une initiative au sujet de l'immigration avant la fin de l'année, a précisé ce responsable. Le président a prévenu qu'il userait de ses prérogatives pour réformer la politique d'immigration après l'échec du Congrès à s'entendre sur un ensemble de réformes en la matière. A l'issue du sommet de l'Otan au Pays de Galles vendredi, Barack Obama a annoncé, sans précision de calendrier, qu'il dévoilerait "bientôt" ses projets de réforme. ( ID:nL5N0R6458 ) Il a ajouté qu'il examinerait des propositions formulées par son ministre à la Sécurité intérieure, Jeh Johnson, et son ministre de la Justice, Eric Holder, sur les mesures susceptibles d'être prises sans nécessiter un feu vert du Congrès. (Roberta Rampton; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le samedi 6 sept 2014 à 18:06

    Le titre est clair: renoncer aux principes démocratiques pour sécuriser les votes.