Obama met en garde contre la montée de l'intolérance religieuse

le
0
    WASHINGTON, 28 janvier (Reuters) - Barack Obama a adressé 
mercredi des critiques voilées à l'encontre de Donald Trump en 
mettant en garde contre la montée de l'intolérance religieuse. 
    Il s'exprimait lors d'une réception à l'ambassade d'Israël 
aux Etats-Unis, une première pour un président américain en 
exercice, à l'occasion de la Journée internationale dédiée à la 
mémoire des victimes de l'Holocauste. 
    "Attaquer une croyance religieuse, c'est attaquer toutes nos 
croyances religieuses", a dit Barack Obama. 
    "Pour les Américains, en particulier, nous devrions 
comprendre que c'est attaquer notre diversité, l'idée même que 
des gens d'origines différentes puissent vivre ensemble et se 
développer ensemble", a-t-il ajouté. 
    Ces propos semblaient dirigés contre Donald Trump. L'homme 
d'affaires, favori des sondages dans la course à l'investiture 
républicaine pour l'élection présidentielle de novembre aux 
Etats-Unis, a notamment proposé d'interdire provisoirement 
l'entrée des musulmans sur le territoire des Etats-Unis pour 
renforcer la sécurité du pays. 
    "Trop souvent, particulièrement dans les périodes de 
changements, particulièrement dans les périodes d'angoisse et 
d'incertitude, nous avons trop tendance à céder à une tentation 
basique de désigner quelqu'un d'autre, quelqu'un de différent, à 
qui reprocher nos difficultés", a poursuivi Barack Obama après 
avoir rappelé la "réalité" de la montée de l'antisémitisme à 
travers le monde. 
    La présence de Barack Obama à cette cérémonie, au cours de 
laquelle a été honorée la mémoire de deux Américains et d'un 
couple de Polonais ayant sauvé des juifs durant la Seconde 
Guerre mondiale, témoigne aussi d'un dégel entre la Maison 
blanche et le gouvernement du Premier ministre israélien 
Benjamin Netanyahu. 
    L'hôte de cet événement était l'ambassadeur israélien Ron 
Dermer, qui avait contribué l'an dernier à organiser 
l'intervention de Benjamin Netanyahu devant le Congrès 
américain. Dans ce discours, qui avait agacé la Maison blanche, 
le Premier ministre israélien avait vivement dénoncé l'accord en 
préparation avec l'Iran sur le programme nucléaire de la 
République islamique.   
    Mercredi, Ron Dermer a remercié Barack Obama pour le message 
d'amitié qu'a représenté sa participation à cette cérémonie. 
 
 (Jeff Mason; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant