Obama "garantit" l'indépendance de l'enquête sur les emails de Clinton

le
0
Obama "garantit" l'indépendance de l'enquête sur les emails de Clinton
Obama "garantit" l'indépendance de l'enquête sur les emails de Clinton

Le président des États-Unis Barack Obama a assuré dimanche que l'enquête du FBI sur la messagerie privée de la démocrate Hillary Clinton était menée sans la moindre interférence du pouvoir politique.L'affaire des courriels de l'ancienne Première dame, qui a utilisé une messagerie privée à des fins professionnelles lorsqu'elle pilotait le département d'État (2009-2013), est l'un des angles d'attaque privilégiés de ses adversaires républicains dans la course à la Maison Blanche."Je garantis qu'il n'y a aucune interférence politique dans aucune des enquêtes menées par le ministère de la Justice ou le FBI, que ce soit celle-ci ou une autre. Point barre", a déclaré M. Obama sur Fox News."Personne n'est au-dessus des lois", a-t-il martelé. "Je ne parle ni à la ministre de la Justice ni au directeur du FBI des enquêtes en cours", a poursuivi le président démocrate qui quittera le pouvoir en janvier. "Combien de fois dois-je le répéter? C'est garanti!", a-t-il ajouté alors que le journaliste Chris Wallace lui demandait si cette ligne serait toujours la même si Hillary Clinton devenait la candidate démocrate à l'issue des primaires.M. Obama a par ailleurs réaffirmé sa conviction que si Mme Clinton avait, comme elle l'a reconnu, fait preuve de "négligence" en utilisant sa messagerie privée, elle n'avait "pas mis en danger la sécurité nationale de l'Amérique".Appelant à "replacer les choses en perspective", le président américain a enfin souligné qu'Hillary Clinton avait fait "un travail extraordinaire" comme secrétaire d'État pendant quatre ans.Hillary Clinton, qui fait la course en tête dans la primaire démocrate face au sénateur du Vermont Bernie Sanders, maintient qu'aucun de ses courriels n'était classifié lorsqu'elle les a envoyés avec sa messagerie privée.Elle a remis au département d'État 52.000 pages de documents relatifs à ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant