Obama fustige la violence des armes à Charleston

le , mis à jour à 22:35
0

CHARLESTON, Caroline du Sud, 26 juin (Reuters) - Les Américains sont restés trop longtemps aveugles à la violence des armes à feu et au "carnage" qu'elles provoquent, a déclaré vendredi le président Barack Obama lors de l'éloge funèbre du pasteur Clementa Pinckney, tué avec huit autres paroissiens le 17 juin dernier à Charleston, en Caroline du Sud. Le président des Etats-Unis avait déjà tenté en vain d'imposer une réforme de la législation sur les ventes d'armes après la fusillade de l'école Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut, qui a fait 26 morts dont 20 enfants en décembre 2012. Evoquant la question du drapeau confédéré, dont la présence sur beaucoup de bâtiments officiels du sud américain a suscité un intense débat, Barack Obama a estimé qu'il s'agissait d'un symbole d'oppression et que les Etats-Unis devaient ouvrir les yeux sur la souffrance qu'il provoque. "En descendant ce drapeau, nous exprimons la volonté de Dieu", a lancé le président, avant entonner le cantique "Amazing Grace", repris par l'assemblée, et d'énumérer les noms des victimes de la tuerie de Charleston. C'est dans cette église, la plus vieille congrégation afro-américaine du Sud fondée au début du XIXe siècle, que Dylann Roof, un jeune Blanc de 21 ans, a passé une heure au milieu des fidèles mercredi soir avant d'ouvrir le feu sur eux. Arrêté, le jeune homme a comparu le lendemain devant un juge qui lui a signifié son maintien en détention. Il est passible de la peine de mort. (Ayesha Rascoe,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant