Obama expliquera cette semaine sa stratégie contre l'EI

le
0

par Roberta Rampton WASHINGTON, 7 septembre (Reuters) - Barack Obama a prévu de rencontrer mardi les leaders du Congrès américain et de s'adresser à la nation mercredi pour expliquer son projet d'offensive contre l'Etat islamique qui, estime-t-il, peut se transformer en menace directe pour les Etats-Unis. Dans son allocution, le président américain va "décrire ce que sera le plan d'action" des Etats-Unis contre les djihadistes qui contrôlent de vastes territoires en Syrie et en Irak. La veille, il tentera de convaincre les parlementaires d'accorder leur soutien à sa stratégie apparue hésitante après le retrait des troupes présentes en Irak. "Je veux simplement que le peuple américain comprenne la nature de la menace et comment nous allons y répondre et qu'il ait confiance dans notre capacité à y répondre", a dit Obama lors de l'émission "Meet The Press" diffusée sur la chaîne NBC dimanche. "La phase suivante est maintenant de démarrer une forme d'offensive", a-t-il dit. Le discours prévu mercredi aura une forte charge symbolique puisqu'il interviendra la veille du treizième anniversaire des attentats du 11-Septembre qui ont fait près de 3.000 morts. "Je veux que chacun comprenne que nous n'avons pas d'information sur des menaces visant notre territoire dans l'immédiat" de la part de l'Etat islamique, a-t-il dit. Mais, a précisé le président américain, l'organisation djihadiste a attiré des combattants venus de pays occidentaux qui ont la possibilité de se rendre aux Etats-Unis "sans encombre". "Au fil du temps, cela peut devenir une menace grave pour notre territoire", a-t-il jugé. Obama exclut l'idée d'envoyer des troupes au sol en Irak et en Syrie, affirmant que le combat qui doit être mené "n'est pas l'équivalent de la guerre en Irak". La stratégie, qui a été discutée lors du sommet de l'Otan cette semaine au Pays de Galles, sera "similaire aux campagnes antiterroristes qui ont été menées avec efficacité au cours des cinq, six ou sept dernières années". "Nous allons faire partie d'une coalition internationale, conduisant des frappes aériennes pour soutenir les efforts au sol de l'armée irakienne et les troupes kurdes", a-t-il dit. Neuf pays constituent le "noyau dur" de cette coalition. Barack Obama n'a pas précisé s'il autoriserait des frappes aériennes en Syrie mais a souhaité que les Etats sunnites de la région, comme l'Arabie saoudite, la Jordanie, les Emirats arabes unis et la Turquie prennent l'initiative d'aider les Etats-Unis. "Je pense que peut-être pour la première fois il est absolument clair que le problème pour les Etats sunnites de la région, dont beaucoup sont nos alliés, n'est pas simplement l'Iran", a dit Obama. "Ce n'est pas simplement une question sunnite-chiite". (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant