Obama-"Etre" aux célébrations de la mort de Shakespeare

le
0
    LONDRES/STRATFORD-UPON-AVON, Angleterre, 23 avril (Reuters) 
- B arack Obama a marqué samedi le 400e anniversaire de la mort 
de Shakespeare en se rendant au théâtre du Globe samedi à 
Londres, où il a assisté à une représentation d'une scène de 
Hamlet où le prince danois pose la célèbre question : "Etre ou 
ne pas être". 
    La mémoire du célèbre dramaturge anglais était également 
célébrée à Stratford-upon-Avon, la ville qui l'a vu naître en 
1564 et où il est mort en 1616. 
    Sur les rives de la Tamise, alors que le soleil illuminait 
la scène en bois du théâtre à ciel ouvert, réplique à 
l'identique du théâtre où l'on jouait Shakespeare au XVIIe 
siècle, le chef de la Maison blanche a pu entendre un concert de 
dix minutes donné par une groupe d'acteurs qui jouaient du 
violon, de la mandoline, de l'accordéon et du pipeau. 
    "C'était merveilleux. Je ne veux pas que cela cesse", a 
déclaré Barack Obama. 
    Cette visite avait quelque chose d'un pèlerinage pour le 44e 
président des Etats-Unis qui a cité les tragédies de Shakespeare 
parmi les trois ouvrages qui l'ont le plus inspiré. 
    Le théâtre aux murs incurvés blanchis à la chaux est la 
réplique du Globe où l'on jouait les pièces du dramaturge 
britannique, à quelques centaines de mètres de là, et détruit 
dans un incendie en 1613. 
    Le prince Charles et son épouse Camilla devaient se joindre 
aux réjouissances dans la journée. Ils avaient prévu d'assister 
à une représentation au Royal Shakespeare Theatre à Stratford. 
    Le Premier ministre britannique David Cameron a expliqué que 
le génie de Shakespeare avait changé le monde. 
    "Ses mots sur ce pays 'Cette pierre précieuse sertie dans 
une mer d'argent' restent aussi puissants que le jour où il les 
a écrits", a déclaré le chef du gouvernement, citant Richard II. 
    A Stratford, un participant à la parade, Ian Waterhouse, 
allait dans le même sens. 
    "La science et la technologie évoluent. La nature évolue et 
se transforme. Pas nous", a-t-il déclaré. "De fait, nous avons 
la peur, l'amour et la crainte; tout ce qui fait Shakespeare et 
qui vient de cette époque reste pertinent pour chaque personne 
vivante ici aujourd'hui." 
 
 (Roberta Rampton, Alex Fraser et Mia Reakes; Danielle Rouquié 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant