Obama et Poutine entérinent leur désaccord

le
0
À l'issue du sommet de Saint-Pétersbourg, le président américain a répété son intention d'apporter une « réponse forte » au régime de Bachar el-Assad. La partie se joue maintenant à Washington, avec le vote du Congrès.

Isolé au sein de la communauté internationale, contesté au Congrès, Barack Obama n'en renonce pas pour autant à ses projets d'intervention militaire. À l'issue du sommet de Saint-Pétersbourg, le président américain a répété son intention d'apporter une «réponse forte» au régime de Bachar el-Assad, accusé par Washington d'avoir perpétré l'attaque chimique du 21 août. Dans le cas contraire, «nous enverrions un signal à tous les régimes autoritaires comme quoi ces derniers peuvent continuer à utiliser des armes de destruction massive sans aucune conséquence», a déclaré le numéro un américain.

Il en va de la sécurité régionale, mais aussi de celle de ses compatriotes, a-t-il ajouté, faisant référence au 11 Septembre. À la veille du douzième an...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant