Obama en campagne à l'avant-veille des "Midterms"

le
0

par Jeff Mason BRIDGEPORT, Connecticut, 3 novembre (Reuters) - Barack Obama est venu prêter main forte dimanche aux candidats démocrates dans le Connecticut et en Pennsylvanie à l'avant-veille d'élections de mi-mandat délicates pour son parti. Le président, qui s'était jusqu'ici montré discret dans la campagne, s'est rendu ces deux derniers jours dans des Etats où son impopularité semble moins handicapante que dans d'autres. Dimanche, il est allé dans le Connecticut où le gouverneur Dan Malloy est au coude-à-coude avec le républicain Tom Foley. Selon RealClearPolitics, les sondages le créditent en moyenne de 0,7% d'avance. Le sortant, qui s'est exprimé avant Barack Obama, n'a pas cherché à prendre ses distances à la différence de nombreux candidats démocrates. "C'est formidable d'avoir le président à nos côtés", s'est-il félicité, rappelant le soutien apporté par la Maison blanche après la fusillade de l'école élémentaire Sandy Hook de Newtown, qui a fait 26 morts en décembre 2012. Dan Malloy a promis de ne jamais revenir sur les mesures de renforcement du contrôle des armes à feu entrées en vigueur après la tuerie. Il a donné l'accolade au président avant que celui-ci ne prenne la parole à son tour. Barack Obama a été interpellé à trois reprises au moins par des membres de l'assistance concernant la réforme de la législation sur l'immigration. "VOUS DEVEZ ALLER VOTER !" "L'autre camp a une vision très différente du problème", c'est pourquoi il est tellement important d'aller voter mardi, a répondu le président, qui s'apprête à signer un décret pour empêcher l'expulsion de plusieurs millions de sans-papiers. La mobilisation de l'électorat est d'ordinaire plus faible dans le camp démocrate quand il n'y pas de scrutin présidentiel. La situation économique, l'épidémie de fièvre Ebola, les avancées des djihadistes de l'Etat islamique en Irak et en Syrie pèsent par ailleurs sur le moral des Américains et le parti présidentiel pourrait en payer le prix. Les républicains, majoritaires à la Chambre, peuvent espérer y gagner quelques sièges et faire basculer le Sénat. ID:nL6N0SS100 Au total, ce sont 36 sièges de sénateur, la totalité des 435 sièges de la Chambre des représentants et 36 sièges de gouverneur qui seront en jeu mardi. Après le Connecticut, Barack Obama s'est rendu à Philadelphie pour soutenir l'homme d'affaires Tom Wolf, crédité de 11 points d'avance sur le gouverneur républicain de Pennsylvanie Tom Corbett, dont il brigue la succession. "Vous devez aller voter !", a-t-il lancé aux 5.500 personnes venues assister au meeting. Cette fois, personne ne l'a interrompu. (Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant