Obama en Asie, première visite d'un président US en Birmanie

le
0
TOURNÉE EN ASIE POUR OBAMA
TOURNÉE EN ASIE POUR OBAMA

par Matt Spetalnick et Jeff Mason

WASHINGTON (Reuters) - Le président Barack Obama entame samedi un déplacement de trois jours qui le mènera en Birmanie, en Thaïlande et au Cambodge, sa première visite à l'étranger depuis sa réélection le 6 novembre.

En Birmanie, où il est attendu lundi, il s'agira de la première visite dans le pays d'un président américain en exercice, la dissolution de la junte militaire et l'élection d'Aung San Suu Kyi au Parlement en avril ayant réchauffé des relations jusqu'alors glaciales entre les deux pays.

Ce déplacement vise à encourager et à appuyer les réformes du nouveau gouvernement birman, dans l'espoir par ailleurs qu'elles puissent servir d'exemple à des pays comme la Corée du Nord, ont dit des conseillers du chef de la Maison blanche.

Le gouvernement semi-civil du président Thein Sein, à qui la junte militaire a cédé le pouvoir en mars 2011, a lancé une série de réformes, notamment dans le domaine économique.

Washington a, de son côté, suspendu un certain nombre de sanctions qui avaient été imposées en réponse aux violations des droits de l'homme par la junte militaire.

La visite de Barack Obama est jugée prématurée par les associations de défense des droits de l'homme, qui considèrent qu'il convient de consolider encore les réformes après des décennies de pouvoir militaire.

A cela, Tom Donilon, conseiller de Barack Obama à la sécurité nationale, a répondu que le président américain presserait son homologue birman, en public comme en privé, de faire plus concernant les violences ethniques qui agitent le pays et les violations des droits de l'homme.

PROCHE-ORIENT

"Nous sommes bien au fait des dangers d'une récidive et si cela arrive, nous répondrons en conséquence", a-t-il assuré, soulignant que le gouvernement birman avait fait des pas constructifs vers un retour au calme dans les régions concernées.

L'ouest du pays a été le théâtre de violences entre bouddhistes et musulmans de la minorité Rohingya, qui ont fait des dizaines de morts.

Cette tournée en Asie de Barack Obama s'inscrit dans la stratégie que les autorités américaines qualifient de "pivot", visant à réorienter la politique extérieure de Washington vers l'Asie-Pacifique.

Mais le premier dossier de politique étrangère sur le bureau de Barack Obama en ce moment concerne le Proche-Orient, avec l'épreuve de force engagée entre Israël et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

"Il est évident qu'on ne peut pas vraiment 'pivoter' vers l'Asie. Tout ce que l'on peut faire c'est pirouetter", dit David Steinberg, un ancien responsable au département d'État et à l'Agence pour le développement international (USAID). "Il faudra toujours revenir à la crise au Proche-Orient".

Les efforts du président américain pour persuader ses partenaires asiatiques de l'implication des États-Unis dans la région pourraient par ailleurs pâtir des tensions persistances avec Pékin, où le président Hu Jintao a commencé à transmettre ses pouvoirs à son successeur.

Sur le plan intérieur, l'euphorie de la réélection pourrait également être de courte durée, avec l'arrivée du "mur budgétaire" et l'affaire Petraeus.

Agathe Machecourt pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant