Obama doit répondre au malaise de l'Europe

le
0
Après les révélations sur l'ampleur des écoutes et de l'espionnage des données sur la Toile, l'Europe se découvre dangereusement exposée aux « grandes oreilles » américaines. Ce n'est pas la première fois.

Les révélations du Washington Post et du Guardian sur le programme Prism ne pouvaient pas tomber à plus mauvais moment pour l'image des États-Unis et la défense de leurs intérêts en Europe: le fait que la NSA peut espionner le moindre battement de clavier d'ordinateur vient ajouter au malaise de tous ceux qui - en France notamment - soupçonnent l'Amérique de vouloir en découdre avec le Vieux Continent sur le terrain culturel, à la faveur d'un prochain accord de libre-échange.

Le raccourci est loin d'être acrobatique: il a guidé la main de Viviane Reding, commissaire européen à la Justice et aux Droits fondamentaux dans la lettre comminatoire qu'elle vient d'adresser à son collègue américain, l'attorney general Eric Holder. Prism vise-t-il...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant