Obama dévoile un budget axé sur la défense des classes moyennes

le
0

par Jeff Mason WASHINGTON, 2 février (Reuters) - Barack Obama a présenté lundi son budget pour l'année fiscale 2016, un projet à 3.990 milliards de dollars marqué par une série de mesures de soutien aux classes moyennes qui promet d'âpres batailles au Congrès avec la majorité républicaine. Le texte prévoit un déficit de 474 milliards de dollars, soit 2,5% du produit intérieur brut (PIB), et le maintien du déficit à ce taux pendant les dix prochaines années. Il reprend les propositions lancées par le président des Etats-Unis lors de son discours sur l'état de l'Union le 20 janvier, dans lequel il appelait à taxer davantage les entreprises et les riches Américains pour aider les classes moyennes. Le projet permet ainsi au Parti démocrate d'afficher ses priorités pour la dernière partie de mandat de Barack Obama, dans la perspective de la campagne pour la présidentielle de 2016. "Notre espoir, c'est qu'en exposant (...) une vision économique claire, axée sur la croissance et les classes moyennes, nous serons en mesure d'avoir une conversation productive avec les républicains", déclare un responsable de l'administration. "Cela lui donne l'occasion de comparer sa vision (...) avec l'approche du Congrès qui tend à exacerber les inégalités, ignorer les classes moyennes et alourdir encore le fardeau de ceux qui voudraient les intégrer", renchérit Neera Tanden, présidente du Center for American Progress, un institut qui a des liens étroits avec la Maison blanche. Les républicains, majoritaires dans les deux chambres du Congrès depuis les élections de mi-mandat en novembre, voient des possibilités de compromis dans des domaines comme la réforme fiscale ou les infrastructures mais de nombreux programmes voulus par Obama, et dévoilés par avance ces dernières semaines, sont rejetés par le Grand Old Party. "Quand (...) il consacre tout son temps et son énergie aux nouvelles politiques d'impôt et de dépenses que les progressistes apprécient mais que les républicains rejettent en bloc, (Barack Obama) signale au Congrès qu'il cherche plutôt l'affrontement que la discussion pour légiférer", estime Keith Hennessey, ancien conseiller économique de George W. Bush. TAXER LES BÉNÉFICES À L'ÉTRANGER Le budget s'inscrit dans une trajectoire de réduction du déficit budgétaire de quelque 1.800 milliards de dollars sur dix ans grâce à des réformes de la santé, des impôts ou de l'immigration, sous réserve donc qu'elles soient validées telles quelles par les républicains, ce qui paraît peu probable. Les élus de l'opposition ont ainsi bloqué la réforme de la législation sur l'immigration à la Chambre des représentants. L'administration projette également une poursuite de la baisse du taux de chômage, qu'il prévoit à 5,4% pour 2015, contre 5,6% actuellement. Le budget propose aussi de créer une nouvelle banque pour financer les infrastructures, de consacrer 6% de l'enveloppe globale à la recherche-développement et d'entreprendre un regroupement des agences gouvernementales qui fait polémique. Le texte prévoit aussi d'allouer 14 milliards de dollars au renforcement de la sécurité informatique et 7,4 milliards de dollars au financement de technologies à énergie propre. ID:nL6N0VC0NM Il préconise l'instauration d'une taxe exceptionnelle de 14% sur les bénéfices conservés par les entreprises américaines hors des Etats-Unis, et qui sont estimés à plus de 2.100 milliards de dollars, et d'une taxe de 19% sur les futurs profits de ces entreprises à l'étranger. ID:nL6N0VB0OA Barack Obama propose encore une hausse de 7% des dépenses d'infrastructure et de défense, au-delà des plafonds fixés par le Congrès, ce qui mettrait un terme à la pratique dite du "séquestre", appellation qui regroupe des coupes automatiques dans les dépenses budgétaires en cas de dépassement d'un plafond prédéfini. En politique étrangère, le budget prévoit de financer la lutte contre l'Etat islamique et l'aide aux pays membres de l'Otan face à la Russie. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux