Obama demande $1,8 milliard au Congrès pour lutter contre Zika

le
0
    WASHINGTON, 8 février (Reuters) - Barack Obama va demander 
au Congrès des Etats-Unis de débloquer 1,8 milliard de dollars 
(environ 1,6 milliard d'euros) de fonds d'urgence pour combattre 
le virus Zika sur le territoire national et à l'étranger et 
contribuer à la mise au point d'un vaccin, a annoncé lundi la 
Maison blanche. 
    Le virus, transmis principalement par les piqûres de 
moustique du genre Aedes, se répand rapidement en Amérique 
latine.  
    Il n'existe pas de traitement ni de vaccin. Pour la plupart 
des personnes contaminées, le virus n'a que des effets bénins. 
Mais Zika a été associé au Brésil à 4.000 cas de microcéphalie, 
une malformation néonatale grave. En Colombie et au Venezuela, 
un lien a été établi avec le syndrome de Guillain-Barré, une 
maladie nerveuse dont la gravité varie selon les patients. 
    L'Agence européenne des médicaments (AEM), un organe de 
l'Union européenne basé à Londres, a annoncé lundi la création 
d'un groupe de travail chargé de conseiller les laboratoires qui 
travaillent à la création de vaccins et de traitements. 
 ID:nL8N15N20M  
    Dans une interview accordée à CBS, Barack Obama a souligné 
qu'"à l'inverse d'Ebola, les gens ne meurent pas de Zika". 
    "Beaucoup de gens l'attrapent et ne savent pas qu'ils sont 
porteurs", a poursuivi le président américain. "Il ne doit pas y 
avoir de panique sur ce sujet." 
    L'essentiel des fonds demandés par Obama serviront à 
financer des tests et des opérations de surveillance et de 
riposte dans des zones infectées aux Etats-Unis. "Alors 
qu'approchent le printemps et l'été, amenant avec eux des 
populations de moustiques plus nombreuses et plus actives, nous 
devons être absolument préparés pour répondre à des 
transmissions locales sur notre territoire, principalement dans 
le sud des Etats-Unis", souligne la Maison blanche. 
    L'agence fédérale d'aide au développement USAid 
bénéficierait elle d'une enveloppe de 335 millions de dollars 
pour venir en aide aux pays latino-américains concernés. Les 
autorités de Porto Rico, territoire lié aux Etats-Unis, 
pourraient obtenir de leur côté 250 millions de dollars. 
    Quelque 200 millions de dollars seraient consacrés à la 
recherche d'un vaccin.  
 
 (Roberta Rampton; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant