Obama au Vietnam annoncé la levée de l'embargo sur les armes

le , mis à jour à 11:34
0
    par Matt Spetalnick 
    HANOÏ, 23 mai (Reuters) - Barack Obama qui a entamé lundi sa 
première visite au Vietnam a annoncé une levée totale de 
l'embargo sur les armes létales, symbole du réchauffement des 
relations entre les deux anciens pays ennemis. 
    Sa visite, qui vise à sceller une alliance avec Hanoï, 
s'inscrit dans la stratégie du "pivot", soit le "rééquilibrage" 
de la diplomatie américaine vers la région Asie-Pacifique pour 
faire contrepoids à la puissance chinoise. 
    Le président des Etats-Unis doit passer au total trois jours 
au Vietnam, où il défendra des liens resserrés en matière de 
défense et d'économie avec le régime communiste. La longueur 
inhabituelle de son séjour marque l'importance accordée à Hanoï. 
    Reçu lundi par le président Tran Dai Quang, le président 
démocrate a annoncé que l'embargo sur les armes létales serait 
levé mais a précisé que les ventes d'armes dépendraient des 
progrès enregistrés sur la question des droits de l'homme et 
qu'elles seraient décidées au cas par cas. 
    L'embargo avait été partiellement assoupli en 2014. Sa levée 
est susceptible d'irriter Pékin, qui voit d'un mauvais oeil les 
efforts américains pour renforcer ses alliances militaires à 
l'heure où les tensions montent dans la zone disputée de mer de 
Chine du Sud. 
    Dernier incident en date, la semaine dernière, les autorités 
chinoises ont demandé à Washington de cesser les vols de 
reconnaissance près de la Chine, après l'interception par deux 
chasseurs chinois d'un appareil américain au-dessus de la mer de 
Chine méridionale.   
     
    SIGNAUX À LA CHINE 
    "La décision de lever l'embargo n'a pas été prise en 
fonction de la Chine ou d'autres considérations, mais sur notre 
désir de mener à son terme ce qui a été un long processus vers 
la normalisation avec le Vietnam", a souligné Obama. 
    A Pékin, le ministère des Affaires étrangères a espéré que 
le développement des relations bilatérales entre les Etats-Unis 
e le Vietnam irait dans le sens de la paix et de la stabilité de 
la région. Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires 
étrangères, répondait à une question sur cette levée de 
l'embargo sur les armes.  
    Dans un commentaire publié dimanche soir, l'agence 
officielle de presse Chine nouvelle a prévenu que les Etats-Unis 
ne devaient pas se servir de leur rapprochement avec Hanoï comme 
d'un instrument "pour menacer sinon nuire aux intérêts 
stratégiques d'un pays tiers". 
    "Personne ne se fait d'illusions", a dit Evan Medeiros, 
ex-conseiller d'Obama spécialiste de l'Asie. "Ce voyage envoie 
des signaux importants à la Chine quant à l'activisme des 
Etats-Unis dans la région, et son inquiétude grandissante quant 
au comportement chinois." 
    Outre les considérations militaires, le bilan en matière de 
droits de l'homme du Vietnam reste un point de friction. 
    Les responsables américains sont soucieux de garder des 
moyens de pression pour encourager le pays à adopter des 
réformes politiques, quand les ONG qualifient le régime d'un des 
plus répressifs au monde, d'où les réserves encadrant les 
futures livraisons d'armes. 
    Obama prévoit également de rencontrer des dissidents, ce qui 
pourrait irriter le régime communiste.  
    Un journaliste de la BBC couvrant sa visite a déclaré lundi 
que les autorités vietnamiennes lui avaient demandé d'arrêter 
son reportage, le soupçonnant d'avoir rencontré un opposant au 
gouvernement.   
 
 (avec Megha Rajagopalan à Pékin; Julie Carriat et Henri-Pierre 
André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant