Obama annule sa rencontre avec le président philippin qui l'a insulté

le
0
Obama annule sa rencontre avec le président philippin qui l'a insulté
Obama annule sa rencontre avec le président philippin qui l'a insulté

Cela a l'air d'être l'insulte préférée de Rodrigo Duterte, le président philippin. Après avoir traité le pape François de fils de p.... en novembre dernier, lors du lancement de sa campagne, il a qualifié des mêmes termes Barack Obama. 

 

Alors que les deux présidents devaient se rencontrer ce mardi en marge du sommet de l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est (Asean) à Vientiane au Laos, Rodrigo Duterte a estimé que Barack Obama était un «fils de p...» car il risquait de lui faire des remarques sur les droits de l'Homme et notamment sur sa méthode pour lutter contre le trafic de drogue. Le président philippin a en effet incité ses concitoyens à tuer eux-mêmes les toxicomanes et dealers. Ces exécutions extrajudiciaires ont déjà fait officiellement près de 2.000 morts.

 

Après ces insultes, la Maison Blanche a annoncé que Barack Obama annulait la rencontre bilatérale prévue. 

 

Rodrigo Duterte a expliqué dans un communiqué qu'il regrettait que «ses remarques ses remarques devant la presse aient causé une telle controverse». «Le président a expliqué que des commentaires de presse selon lesquels le président Obama lui ferait la morale sur les exécutions extra-judiciaires l'avaient conduit à ce commentaire virulent», a tenté de justifier le communiqué des autorités philippines.

 

Ce refroidissement des relations entre Washington et son allié traditionnel philippin intervient alors que doit être évoquée à Vientiane la question des ambitions de Pékin en mer de Chine méridionale, contestées par les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Brunei et Taïwan.

 

Rodrigo Duterte, un habitué des insultes

Le président philippin Rodrigo Duterte, qui a traité Barack Obama de «fils de p...», est coutumier des insultes. Florilèges des sorties de celui qui a été élu en mai 2016.

Sur Obama : «Il faut être respectueux. Il ne faut pas se contenter de balancer des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant