Obama aborde le G20 en position de faiblesse

le
0
L'affaiblissement économique de l'Amérique et les blocages au Congrès font que le président américain pourrait ne jouer à Cannes qu'un rôle secondaire.

Comme il paraît loin ce sommet du G20 de Londres en mars 2009, où un Barack Obama auréolé de son triomphe électoral faisait ses premiers pas dans l'arène mondiale, portant l'espoir d'un leadership américain rénové après les déboires de l'ère Bush. À l'époque, le monde ne lui tenait rigueur ni de la crise du subprime, ni de l'irresponsabilité de Wall Street, ni de la débâcle financière globale. Il était l'homme neuf, le «Jésus noir» qui allait réparer la Maison Amérique et ses errements capitalistes. Même si Français et Allemands se refusaient à l'époque à adopter sa méthode de «relance par la demande», le président américain était l'aimant vers lequel gravitaient tous les regards.

Mais ce jeudi, à Cannes, Barack Obama ne sera nullement au centre des débats d'une enceinte tout occupée à contenir les dégâts de la crise financière grecque et les fragilités structurelles de la zone euro. À en croire nombre d'analystes américains, il sera là

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant