Obama à Selma : la marche contre le racisme «n'est pas terminée»

le
0
Obama à Selma : la marche contre le racisme «n'est pas terminée»
Obama à Selma : la marche contre le racisme «n'est pas terminée»

«Notre marche n'est pas encore terminée»: cinquante ans après la répression sanglante à Selma (Alabama) d'une marche pour les droits civiques entrée dans l'histoire, le premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, a appelé à poursuivre la lutte contre la discrimination raciale aux Etats-Unis.

Dans un discours prononcé sous un soleil éclatant devant le pont Edmund Pettus sur lequel, il y a un demi-siècle, quelque centaines de manifestants pacifiques furent violemment pris d'assaut par la police, Barack Obama a appelé à la lucidité et la vigilance, évoquant en particulier des reculs sur le droit de vote.

Le document accablant de Ferguson

S'il a souligné les progrès accomplis - «Si vous pensez que rien n'a changé, demandez à quelqu'un qui a vécu à Selma, Chicago ou Los Angeles dans les années 50 !» - le président démocrate a aussi appelé à refuser le raisonnement consistant à suggérer que le racisme a disparu.

«Nous n'avons pas besoin du rapport de Ferguson pour savoir que cela n'est pas vrai», a-t-il ajouté, en allusion au document accablant du gouvernement publié cette semaine qui pointe les comportements discriminatoires de la police dans cette petite ville du Missouri (centre), théâtre de violentes émeutes après la mort d'un jeune Noir abattu par un policier blanc. «Il nous suffit d'ouvrir nos yeux, nos oreilles et nos c½urs pour savoir que l'ombre de l'histoire raciale de ce pays plane toujours sur nous», a-t-il poursuivi.

VIDEO. Obama à Selma : la longue marche continue

La loi sur les droits civiques adoptée en août 1965

Deux semaines après la marche du 7 mars 1965, plusieurs milliers de personnes emmenées par le pasteur Martin Luther King quittaient de nouveau Selma pour rejoindre la capitale de l'Alabama, Montgomery, à près de 90 km de là, où elles arrivèrent en un large cortège après plusieurs journées d'une marche entrée dans l'histoire.

Le 6 août 1965, le président ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant