NXP va racheter Freescale pour 11,8 milliards de dollars

le
0

NEW YORK (Reuters) - Le fabricant de semi-conducteurs NXP a conclu le rachat de son concurrent Freescale pour un montant de 11,8 milliards de dollars (10,6 milliards d'euros) payable en numéraire et en actions, ont annoncé les deux groupes dimanche soir.

Le rapprochement des deux groupes, qui affichent une capitalisation boursière cumulée de plus de 40 milliards de dollars (35,8 milliards d'euros), formera un nouveau numéro un mondial des puces pour les secteurs de l'automobile et de l'industrie.

Il s'agit de l'illustration la plus nette à ce jour du regain de confiance dont bénéficie le secteur des semi-conducteurs, qui permet à ses acteurs de se lancer dans des opérations de concentration ambitieuses au moment où ses grands clients, comme les grands noms de la téléphonie mobile, cherchent à réduire le nombre de leurs fournisseurs.

Il s'agit de la quatrième fusion annoncée dans le secteur depuis le début de l'année, et de la plus importante par son montant.

Le mois, dernier, Avago Technologies a racheté Emulex pour plus de 600 millions de dollars et MaxLinear a conclu l'acquisition d'Entropic Communications pour 287 millions. En janvier, Lattice Semiconductor a annoncé l'achat de Silicon Image pour 600 millions.

"Financièrement, cette opération a du sens. En grossissant, on limite l'impact des cycles de produits et de la volatilité des marchés de débouché", a commenté Doug Freedman, analyste de RBC.

PLUS DE $10 MILLIARDS DE CHIFFRE D'AFFAIRES CUMULÉ

Les actionnaires de Freescale recevront 6,25 dollars en numéraire et 0,3521 action NXP pour chacun de leur titre. Cette parité valorise Freescale à 11,8 milliards de dollars, soit une valeur d'entreprise globale de 16,7 milliards en incluant la dette. L'opération devrait être achevée au second semestre.

NXP financera le rachat de Freescale à hauteur d'un milliard de dollars en puisant dans sa trésorerie et par un milliard d'endettement supplémentaire, auxquels s'ajouteront environ 115 millions de ses actions.

Les actionnaires actuels de Freescale détiendront quelque 32% du capital du nouvel ensemble.

Basé à Eindhoven aux Pays-Bas, NXP, issu en 2006 de la scission des activités de semi-conducteurs du néerlandais Philips, est présent dans plus de 25 pays et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 5,7 milliards de dollars.

Freescale, dont le siège est à Austin (Texas), affiche un chiffre d'affaires 2014 de 4,6 milliards de dollars et un bénéfice ajusté de 1,1 milliard, contre 893 millions en 2013.

Les activités de composants pour terminaux mobiles et ordinateurs de NXP sont en forte croissance avec une hausse de 46% de leur chiffre d'affaires en 2014, à 712 millions de dollars. Mais l'automobile et l'identification électronique, qui représentent la moitié environ de son chiffre d'affaires, n'ont enregistré l'an dernier qu'une progression de 12% à 13% de leurs ventes.

Freescale est revenu en Bourse en 2011 après avoir été retiré de la cote en 2006 dans le cadre d'un rachat par endettement (leveraged buyout, LBO) réalisé par un consortium de fonds de capital-investissement incluant Blackstone, Carlyle, Permira Advisers et TPG Capital. Ces fonds détiennent toujours 64% du capital du groupe.

(Nadia Damouni et Suzanne Barlyn, avec Liana B. Baker, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant