Numérique: les députés se font "geeks" pour débattre du projet de loi

le
0
Numérique: les députés se font "geeks" pour débattre du projet de loi
Numérique: les députés se font "geeks" pour débattre du projet de loi

Les députés ont mis leur casquette de "geeks" mardi pour plonger dans le projet de loi "pour une République numérique", qui doit permettre, selon le gouvernement, d'actualiser "le logiciel républicain" mais inquiète certains représentants du secteur.A l'ouverture des débats sur ce projet agrégeant toute une série de mesures et visant à accroître l'ouverture des données publiques, mieux protéger les internautes et améliorer l'accès à internet, la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire a vanté un texte, examiné en procédure accélérée, qui permettra de "dessiner la France de demain".Elle a aussi mis en avant une "loi du quotidien qui confère de nouveaux droits aux utilisateurs", comme le "droit à l'oubli" pour les mineurs, le droit à une "mort numérique", le "maintien d'une connexion à internet pour les foyers les plus fragilisés", ou encore l'"accessibilité pour les personnes en situation de handicap" - insuffisante toutefois selon la Fédération des aveugles de France, déçue.Rappelant que le projet de loi avait fait l'objet d'une vaste consultation inédite, Mme Lemaire a salué les "citoyens internautes" qui ont participé à ce "pari un peu fou" mais "gagné", ayant permis notamment d'intégrer 5 articles au projet de loi qui en compte 48. Cette consultation a été saluée sur tous les bancs, et plusieurs députés ont souhaité en généraliser le principe. Les parlementaires ont entamé dans la soirée l'examen des plus de 800 amendements déposés sur le texte, qui doit être discuté jusqu'à jeudi inclus.Ils ont voté l'ouverture des données (open data) entre administrations, avec la fin des redevances à compter de 2017, ainsi que la publicité des codes source (servant notamment au calcul de l'impôt) mais en prévoyant des exceptions en cas de risque pour la sécurité informatique.- secret ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant