Numérique: El Khomri pose les premiers jalons d'une protection des travailleurs

le
0
Numérique: El Khomri pose les premiers jalons d'une protection des travailleurs
Numérique: El Khomri pose les premiers jalons d'une protection des travailleurs

En recevant mercredi un nouveau rapport sur le numérique et l'emploi, la ministre du Travail Myriam El Khomri a posé les jalons d'une protection sociale adaptée aux bouleversements numériques du monde du travail et à l'ubérisation de la société.Ce rapport, le deuxième réalisé par le Conseil national du numérique depuis juin, vient compléter les propositions émises par le DRH d'Orange Bruno Mettling pour répondre au défi numérique (droit à la déconnexion, télétravail, forfait-jour...), l'un des thèmes de sa réforme du travail qu'elle présentera au printemps au Parlement.Alors que le modèle "Uber" attire autant qu'il fait craindre une nouvelle forme de précarisation du travail et bouleverse le salariat, Mme El Khomri souhaite se saisir du sujet afin de protéger ces nouveaux travailleurs indépendants."L'ubérisation est un terme à la mode, mais il y a derrière une réalité, c'est une nouvelle forme d'organisation dans laquelle le travail est assuré par des indépendants, mis en relation avec leurs clients par des plate-formes numériques qui définissent parfois le contenu du service et son prix", a-t-elle rappelé.Elle a souhaité encourager "le développement de l'économie collaborative, porteuse de créations d'emplois notamment pour des personnes qui ont des difficultés d'accès au marché du travail" et estimé qu'il ne fallait "pas hésiter, si c'est nécessaire, à le sécuriser juridiquement", c'est-à-dire clarifier le statut de ces travailleurs dans lesquels certains voient des salariés déguisés.Elle a, dans le même temps, clairement posé leur "besoin de protection", affirmant que "80% des autoentrepreneurs demandent plus de protection".Sans attendre les propositions que doit remettre au Premier ministre, début février, le député PS Pascal Terrasse sur ce sujet, elle a déclaré souhaiter que "lorsqu'il y a situation de dépendance économique", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant