Numericable s'envole grâce au rachat de SFR

le
0
Numericable s'envole grâce au rachat de SFR
Numericable s'envole grâce au rachat de SFR

L'action Numericable s'envolait à la Bourse de Paris lundi matin, après sa victoire dans la lutte pour le rachat de l'opérateur télécom SFR, tandis que le titre de son adversaire malheureux Bouygues chutait, entraînant celui d'Iliad, maison-mère de Free.A 10H00 (08H00 GMT), Numericable prenait 13,83% à 30,09 euros, là où Bouygues lâchait 5,77% à 29,06 euros et Iliad cédait 5,74% à 198 euros, dans un marché en baisse de 0,91%.Les responsables de Vivendi ont mis fin au suspense samedi en retenant "à l'unanimité" l'offre de Numericable pour leur filiale de téléphonie mobile SFR, rejetant celle de Bouygues pourtant clairement soutenue par les pouvoirs publics.Bouygues et Altice/Numericable menaient depuis début mars une lutte acharnée pour convaincre Vivendi de leur céder SFR, deuxième opérateur français, à coup de surenchères et de contre-propositions.Vivendi a justifié ce choix en soulignant notamment "la qualité du projet industriel" d?Altice/Numericable qui repose "sur une convergence mobile-fixe, avec des synergies découlant de l?interdépendance des réseaux respectifs des deux entités fusionnées".Altice/Numericable rachète finalement SFR à Vivendi pour 13,5 milliards d?euros ainsi qu'un complément éventuel de prix de 750 millions d'euros, et une participation de 20% pour Vivendi dans le nouvel ensemble, qu'il pourra céder ultérieurement."Le prix total de l'acquisition est finalement supérieur de 15% à l'offre initiale. Toutefois, il ne faut pas exclure de nouveaux rebondissements puisque le gouvernement, qui a vivement soutenu l'offre de Bouygues, a théoriquement le pouvoir d'empêcher cette opération s'il la juge contraire à l'intérêt général", observe un analyste parisien.Le nouvel ensemble représenterait environ 28,2 millions d'abonnés, dont 1,7 million pour Numericable et 26,5 millions pour SFR, deuxième opérateur télécom français (21,3 millions clients mobiles et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant