Numericable-Paris menace de pénaliser les abonnés-presse

le , mis à jour à 21:30
2

PARIS, 1er juillet (Reuters) - La ville de Paris menace de couper la télévision et internet aux abonnés de Numericable NUME.PA , rapportent mercredi sur leur site internet Les Echos et Le Monde, citant un différend entre la municipalité et l'opérateur télécoms au sujet d'une redevance pour l'utilisation de locaux. Selon Le Monde, citant des estimations de la ville de Paris, 4,1 millions de clients seraient potentiellement concernés, en raison de l'interconnexion des réseaux et de la location par Bouygues Telecom du réseau de Numericable. En 2009, Numericable a refusé de signer une convention fixant les augmentations de tarifs pour l'utilisation de locaux de la ville de Paris dans lesquels les opérateurs télécoms déploient leurs infrastructures techniques pour distribuer la télévision et internet. "Puisqu'une convention avait été conclue en 2005 entre Numericable et la ville de Paris, c'est celle-ci qui s'appliquait jusqu'ici. Sauf qu'elle est arrivée à échéance le 10 février dernier et que depuis, Numericable se trouve donc être un 'occupant sans droit ni titre' des locaux de la ville de Paris", écrit le journal Les Echos. "Celle-ci a par ailleurs constaté des irrégularités (paiement partiels) entre 2008 et 2013, de la part de Numericable. Au total, le montant de l'addition atteint 8,37 millions d'euros", précise le quotidien, qui souligne que d'autres collectivités ont eu maille à partir avec Numericable. Jérôme Yomtov, directeur général délégué de Numericable, a fait état aux Echos d'un désaccord sur le métrage, l'opérateur ne souhaitant payer que l'espace qu'il utilise. Personne n'était joignable dans l'immédiat à la mairie de Paris et chez Numericable-SFR pour un commentaire. Ces informations surviennent alors qu'Altice ATCE.AS , maison-mère de Numericable-SFR, a déposé dernièrement une offre de rachat de Bouygues Telecom, rejetée par Bouygues BOUY.PA . ID:nL8N0ZB4PF (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Patrick Vignal)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sethsix le mercredi 1 juil 2015 à 22:21

    Au meme titre qu'un opérateur indemnise un particulier ou un gérant de copro pour installer des antennes relais, la ville de paris est dans son bon droit. A savoir, que ces opérateur ne se gêne pas de faire fortement payer l'Etat ou collectivités quand celles-ci velent poser des antennes (police, pompier, service de secours), sur une de leur infrastructure.

  • gb00b04 le mercredi 1 juil 2015 à 21:31

    La municipalité de Paris comme l'état Français sont les dignes représentants de cette caste soviétique qui est entrain d'asphyxier le pays.... petit à petit.