Numericable fera appel au marché pour financer le rachat de SFR

le
18
NUMERICABLE LANCERA UNE AUGMENTATION DE CAPITAL POUR FINANCER LE RACHAT DE SFR
NUMERICABLE LANCERA UNE AUGMENTATION DE CAPITAL POUR FINANCER LE RACHAT DE SFR

PARIS (Reuters) - Numericable a précisé dimanche qu'il lancera une augmentation de capital de 4,7 milliards d'euros et aurait recours à un endettement de 8,8 milliards d'euros pour financer le rachat de SFR, la filiale télécoms de Vivendi.

Dans le cadre de la transaction, les fonds d'investissement Carlyle et Cinven, actionnaires à hauteur de 35% de Numericable, céderont à Altice, maison-mère de Numericable, de leur participation dans Numericable contre un paiement en numéraire et en actions Altice, ajoute le câblo-opérateur dans un communiqué détaillant les modalités de l'opération.

Vivendi a décidé samedi de céder sa filiale télécoms à Altice pour 13,5 milliards d'euros en numéraire et 20% de la société cotée issue du rapprochement entre SFR et Numericable. Altice en aura 60%.

Les termes de l'offre prévoient une période d'incessibilité d'un an des titres détenus par Vivendi, et la promesse de les vendre à Altice en plusieurs tranches (7%, 7%, 6%) entre le 19e et le 43e mois suivant l'acquisition de SFR.

Vivendi aura aussi la possibilité de vendre ou distribuer des titres cotés avec un droit de préemption d'Altice.

Un complément de prix potentiel de 750 millions d'euros est prévu pour Vivendi si le résultat opérationnel hors dépenses d'investissement (Ebitda moins capex) du futur SFR-Numericable atteint deux milliards d'euros au cours d'un exercice.

Altice, dont le président Patrick Drahi tiendra une conférence de presse lundi matin, précise qu'il a un engagement ferme des banques pour le financement en dette comme en fonds propres.

Il réaffirme que le nouveau groupe SFR-Numericable restera domicilié en France et coté à la Bourse de Paris.

(Dominique Rodriguez, édité par Matthieu Protard)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bd231149 le lundi 7 avr 2014 à 09:12

    numericable est incapable de gérer le réseau actuel comment veulent ils faire avec l'augmentation de clients

  • nono67 le dimanche 6 avr 2014 à 22:31

    ben oui les banques là elles prêtent sans rechigner . Qu'il y ait 3 ou 4 opérateurs, c'est une telle pompe à cash un opérateur télécom . Selon la devise, on ne prête qu'aux riches !

  • gvigner3 le dimanche 6 avr 2014 à 21:38

    ILS achètent sans le fric???!!!!

  • speedy36 le dimanche 6 avr 2014 à 21:03

    un gouvernement socialiste qui défend Bouygues, ca fait rire !!!!! A part que le groupe est français, que proposez t'il à part du cash.... rien !!!! L'option Numericable était la plus réaliste !!!! un point c'est tout

  • speedy36 le dimanche 6 avr 2014 à 21:02

    boursohaine, a encore frappé, maintenant on attaque le juif, comme au bon vieux temps de l'occupation !!!! apres avoir attaqué le fait que le PDG de Numericable n'habitait pas en France, comme M Bouygues

  • speedy36 le dimanche 6 avr 2014 à 21:01

    poulun2, si tu achètes toujours français, tu dois etre milliardaire comme le patron de numéricable !!!!

  • M9974639 le dimanche 6 avr 2014 à 20:21

    c'est du jean-marie Messier!Il suit ses pas. Le même scénario et il finira par empocher gros. Lisez Messier Vivendi sur Wikipedia.

  • jsau1 le dimanche 6 avr 2014 à 20:01

    Je ne comprend pas cette agressivité de la part du gvt ou de quelques internautes , l option numericable me parait aussi sensée que celle de bouygues qui vendait derriere a Free son réseau Et puis si on parle de sentier ...... Drahi , Niel ....

  • M9974639 le dimanche 6 avr 2014 à 19:58

    ça va profiter à qqs banquiers que l'imposable lambda sera obligé de renflouer plus tard. Si vous avez la mémoire courte pensez à Chypre. Et cherchez dans le passé de Vivendi,car il y a des magouilles similaires en France et USA.

  • M6737505 le dimanche 6 avr 2014 à 19:52

    De toute facon sfr/vivendi etait endetté pour acheter sfr. Donc le lbo existait deja. Pas la peine donc de tenir des propos antisemites.