#NuitDebout : « Nous étions endormis et nous nous réveillons »

le
0
Lors d'une manifestation contre la loi travail, place de la République à Paris le 9 mars.
Lors d'une manifestation contre la loi travail, place de la République à Paris le 9 mars.

Des centaines de personnes se sont réunies place de la République à Paris, le 1er avril, pour la deuxième soirée consécutive.

Est-ce l’amorce d’un mouvement qu’ils rêveraient « lame de fond » ou peut-être « déferlante » ? Est-ce l’annonce d’un « sursaut citoyen » qui mettrait dans la rue des Français de toutes conditions avides de protester et débattre, en criant leur défiance abyssale envers leurs élus et envers un système ? Est-ce le prélude d’un processus dit « révolutionnaire » ?

Le mot ne fait pas peur au millier de jeunes gens réunis place de la République dans la nuit du 1er avril. Au contraire, il les exalte, les renforce, les unit. Il marque leur ambition, un horizon bien plus large que la simple abrogation de la fameuse « loi travail » et qui a le mérite de les associer pêle-mêle aux printemps arabes, au mouvement « Occupy Wall Street », et aux « indignés » de toutes sortes, particulièrement ceux d’Espagne à l’origine de Podemos.

Quelle jubilation quand ils prononcent ce mot ! « Oui oui, insiste un jeune professeur de mathématiques en se frottant les mains pour tenter de se réchauffer : c’est bien un souffle révolutionnaire qui nous porte. Et c’est bien d’une révolution dont nous rêvons, tous aussi différents que nous sommes sur cette place de la République. » Un portique en carton lance le ton : « Que nul n’entre ici s’il n’est révolté ».

La convergence des luttes Mais la révolution ne s’improvise pas en un jour. Et dans sa volonté de bien faire, d’occuper la place la plus longtemps possible en se montrant à la fois pacifiste, non directif et non sectaire, respectueux des idées de tous...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant