Nuit debout : une interpellation et deux policiers légèrement blessés

le
0
Nuit debout : une interpellation et deux policiers légèrement blessés
Nuit debout : une interpellation et deux policiers légèrement blessés

De nouveaux incidents ont émaillé la fin du rassemblement Nuit debout, place de la République, à Paris, dans la nuit de lundi à ce mardi. Une personne a été interpellée et deux policiers légèrement blessés en marge du rassemblement.

Aux alentours de minuit, 400 personnes présentes sur la place se sont dirigées en petits groupes vers la mairie du 3e arrondissement, «entraînant de significatives perturbations de la circulation et renversant sur leur passage des poubelles et du mobilier urbain», selon un communiqué de la préfecture de police.

Une heure plus tard, ces petits groupes sont revenus place de la République «avec quelques barrières ramassées le long de leur parcours afin d'ériger une barricade au niveau de la rue du Temple». A 2 heures, les policiers sont intervenus pour démanteler cette barricade et ont été la cible de jets de projectiles. Des dégradations (vitrines brisées et jets de peinture), ont été constatées par la police sur une agence de téléphonie ainsi que sur une agence bancaire et deux restaurants de la place de la République.

VIDEO. Nuit debout : les visages de la mobilisation

Dans son communiqué, la préfecture de police appelle les organisateurs de la Nuit Debout «à leur responsabilité» afin d'éviter de nouveaux incidents. D'autres se sont produits dans la nuit de samedi à dimanche lorsque quelques centaines de personnes ont voulu se rendre au domicile du Premier ministre, Manuel Valls. Huit personnes ont été interpellées après des dégradations.

Depuis douze jours, la place de la République est l'épicentre d'un mouvement citoyen inédit, lancé au soir du 31 mars contre le projet de loi travail «et le monde qui va avec», qui a essaimé dans plus d'une cinquantaine de villes. Après le démantèlement du campement lundi matin, les partisans du mouvement se sont de nouveau rassemblés lundi soir après en avoir obtenu l'autorisation, à condition de veiller à la sécurité, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant