Nuit debout, les enfants des sans-culottes

le
1
Nuit debout dans l'impasse ? Pour le chercheur, le mouvement n'est pas un feu de broussaille.
Nuit debout dans l'impasse ? Pour le chercheur, le mouvement n'est pas un feu de broussaille.

Mercredi, un débat intitulé « Nuit debout : l'étape d'après » était organisé à la Bourse du travail. Objectif : réfléchir à la manière d'éviter la stagnation du mouvement. En effet, malgré une certaine réussite ? l'affluence est toujours au rendez-vous place de la République ?, il semble bien que commissions, réunions et débats ne suffisent pas à peser sur la politique du gouvernement et à obtenir, par exemple, le retrait de la loi El Khomri. Mais comment un mouvement social sans leaders peut-il évoluer ? Les activistes de la République peuvent-ils s'inspirer de modèles pour résoudre cette quadrature du cercle ? Le Point.fr a posé la question à Michel Pigenet, professeur d'histoire du travail et des mouvements sociaux à l'université Paris-I.  À quoi peut-on comparer Nuit debout dans l'histoire de France ?

Nuit debout s'inscrit dans la longue filiation des critiques portées au système représentatif. Depuis la Révolution française, il existe une contre-culture politique qui n'est pas forcément séparée de la politique institutionnelle, mais qui en mène la critique. Toute proportion gardée, Nuit debout est dans une certaine continuité avec la sans-culotterie attachée à proposer une alternative au système représentatif et à instaurer un contrôle des citoyens sur les élus à travers l'exercice d'une démocratie directe et le mandat impératif [l'individu est élu pour mener une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 22 avr 2016 à 09:49

    Sans culotte , sans vision précise , enfants de socialistes ou de paumés rentreront en fonctionnarisé dès que possible .