"Nuit de la fin du monde" au planétarium de Vaulx-en-Velin pour mêler sciences et "dérision"

le
0
buradaki/Shutterstock.com
buradaki/Shutterstock.com

(AFP) - Le planétarium de Vaulx-en-Velin (Rhône) organise vendredi une soirée gratuite, mêlant conférences scientifiques, musique maya et pièce de théâtre, pour "démystifier" et tourner en "dérision" les prédictions de fin du monde.

Baptisée "La nuit de la fin du monde", cette soirée, de 18H30 à 3H00 du matin, entend "démystifier cette histoire de fin du monde, séparer le rationnel de l'irrationnel et aussi s'amuser", a expliqué à l'AFP Pierre Henriquet, médiateur scientifique au Planétarium.

"Elle est gratuite car elle vise aussi à dénoncer l'objectif mercantile de ceux qui continent à alimenter cette idée de fin du monde", a-t-il ajouté, évoquant comment certains "font des réserves d'eau et de nourriture" voire achètent des "kits de survie ou des bunkers".

Sera notamment abordé le "mythe de la fin du monde dans les différentes sociétés au cours de l'Histoire".

"On va rappeler que l'homme a eu peur que le ciel lui tombe sur la tête et a prophétisé la fin du monde depuis très longtemps et à chaque fois qu'on se trouve dans une situation de crise, on a besoin de cristalliser ses angoisses", a souligné le scientifique. "Il est parfois plus sécurisant de devoir s'inquiéter pour une date précise, plutôt que de se demander si dans les deux ans à venir on pourra toujours travailler", a-t-il ajouté.

Trois conférences seront au menu de cette soirée. L'une expliquera "les mythes de la fin du monde liés à l'astronomie" pour "démêler le vrai du faux", notamment concernant les "chutes d'astéroïdes et la mort du soleil", qui ne devrait pas intervenir avant "cinq milliards d'années".

L'anthropologue Genner Llanez Ortiz, issue de la communauté Maya, expliquera ensuite "le point de vue de la communauté maya contemporaine" sur la frénésie à propos de la fin du calendrier maya.

Une spécialiste d'économie comportementale, Angela Sutan, abordera, quant à elle, les mécanismes de la peur.

Pour la partie plus ludique, une pièce de théâtre intitulée "Partons pour Pluton", mêlant comédie et magie, "sera l'occasion humoristique de parler du discours scientifique et de la manière dont certains l'utilisent à des fins qui ne le sont pas", selon M. Henrique.

Un concert donné par Diana Baroni une flûtiste baroque, travaillant sur les musiques traditionnelles maya et le clarinettiste Evarist Champion terminera la soirée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant