Nucléaire : une vanne mal montée, le chantier de l'EPR en partie suspendu

le
11
Nucléaire : une vanne mal montée, le chantier de l'EPR en partie suspendu
Nucléaire : une vanne mal montée, le chantier de l'EPR en partie suspendu

Coup dur pour Areva, notamment en terme d'image... Une partie des activités du chantier du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche) est à l'arrêt après qu'une vanne d'un circuit de sécurité a été montée à l'envers ! Le 2 juillet, Areva a déclaré à l'ASN, le gendarme du nucléaire, qu'une «vanne (avait été) montée à l'envers. Ce qui devait être à gauche était à droite, ce qui devait être à droite était à gauche», a indiqué le directeur de l'Autorité de sûreté nucléaire de Caen, Simon Huffeteau, confirmant des informations du Canard enchaîné du 4 septembre. La position du moteur de la vanne était ainsi erronée, a confirmé Simon Huffeteau.

Cette vanne, «un équipement qui fait environ 2 m de long sur un petit mètre de large en terme d'encombrement général» se trouve sur un circuit «de sauvegarde qui est utilisé en situation accidentelle par exemple». L'absence «d'une personne compétente en tuyauterie» au moment du montage de la vanne est l'une des causes du problème, a confirmé l'ASN.

L'ASN veut une analyse globale sur l'organisation

Areva, qui monte cette pièce sur le chantier à Flamanville, avait de lui-même suspendu la fabrication de cette vanne. Insuffisant aux yeux de l'ASN qui a demandé au leader mondial de l'énergie nuclaire d'arrêter d'autres activités de montage d'équipements similaires, jusqu'à ce qu'un point satisfaisant sur leur organisation générale soit fourni. «Il n'y a pas que les activités de montage de la vanne qui sont à l'arrêt. Toutes les activités de montage de tuyauteries semblables sont à l'arrêt... Mais si vous allez sur le chantier, vous verrez qu'il y a encore de l'activité», a indiqué Simon Huffeteau sans donner plus de précisions.

Le directeur de l'ASN à Caen ne savait pas combien de personnes se trouvaient en conséquence au chômage technique. Le gendarme n'a pas donné de délai à Areva.

Retards et malfaçons à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kores07 le jeudi 5 sept 2013 à 16:18

    nucléaire = toxique et très cher .......

  • colafer le jeudi 5 sept 2013 à 16:17

    EDF a du soutraité à qq un qui a soutraité à qq un d'autre qui lui même à soutraité !!Idem pour AREVA !!C beau l'economie de marché !!!

  • colafer le jeudi 5 sept 2013 à 16:16

    la vérité c'est qu'EDF ne contôle plus rien !!! Et le projet lui échappe totalement !!En espérant qu'a la mise en service la centrale n'explose pas !!

  • colafer le jeudi 5 sept 2013 à 16:15

    C beau de donner tout les marchés au privé !! Du montage du petit boulon, au coulage du béton de la centrale !!!On critique beaucoup le public mais le privé c pire, vous verrez quand tout sera privatisé !!!

  • psdi le jeudi 5 sept 2013 à 16:03

    En clair, il y a eu erreur de montage mais forcément quelqu'un l'a détectée. Si c'est pendant les essais préliminaires et même si ce n'est pas "normal", cela est un moindre mal. Les essais préliminaires sont justement là pour détecter de genre d'anomalie. Maintenant pour en arriver là, plusieurs barrières de contrôle n'ont pas été effectuées correctement d'où le reproche justifié de l'Autorité de Sûreté.

  • psdi le jeudi 5 sept 2013 à 15:54

    Areva, qui monte cette pièce sur le chantier à Flamanville, avait de lui-même suspendu la fabrication de cette vanne. Insuffisant aux yeux de l'ASN. Je n'ai pas bien compris la relation entre une vanne montée à l'envers et la suspension de la fabrication?. Quelqu'un a t il des détails un peu plus "évolués". Je me méfie des journaleux qui mélangent tout.

  • LeRaleur le jeudi 5 sept 2013 à 15:51

    Mal monté, la bonne blague. le sale coup d'un Khmère vert.

  • emnbenj le jeudi 5 sept 2013 à 15:44

    il faut des industriels à la tête des sociétés industrielles, et virer les banquiers! simple et efficace!

  • a.laroc2 le jeudi 5 sept 2013 à 15:41

    et pourtant du fric il y en a mais tous les travaux sont sous traités et pour une bonne enveloppe de départ on se retrouve avec du personnel peu qualifié et peu payé ou est passé le fric!!!!

  • M6642822 le jeudi 5 sept 2013 à 15:36

    Pécadille! une vanne a l'envers, a fukushima ils auraient été heureux.