Nucléaire : «Tchernobyl est un avertissement pour l'humanité»

le , mis à jour le
0

Il y a trente ans, le 26 avril 1986, la région de Tchernobyl, au nord de l'Ukraine, était l'épicentre d’une des pires catastrophes nucléaires de l’histoire. La journaliste et historienne d'origine russe Galia Ackerman côtoie les survivants et les témoins de cet événement depuis 20 ans. Dans son dernier livre, «Traverser Tchernobyl», elle décrit la vie dans la zone interdite, ce territoire radioactif d'un rayon de 30 km autour des lieux de l’accident. Ces voyages et ces rencontres «appartiennent aux moments les plus intenses de ma vie, ils ont fait fait vibrer des cordes secrètes de mon âme. Les partager est pour moi un devoir et une délivrance», écrit celle qui est aussi traductrice de «La Supplication» de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature 2015.

Vous avez parcouru la région de Tchernobyl à de nombreuses reprises. Comment ce territoire a-t-il évolué au fil de vos voyages ?

GALIA ACKERMAN. La nature a repris ses droits, les animaux y sont revenus. Les champs se sont transformés en bosquets et il reste peu de chose des routes asphaltées. Les villages entiers sont désormais engloutis par la végétation. Dans la zone interdite elle-même, on continue à construire des sites de stockage de déchets nucléaires et on aménage les sites existants. Des bâtiments entiers ont disparu car il y a beaucoup de vols dans la zone. Des gens exportent du métal, des blocs de pierre, du bois pour le réutiliser, malgré la contamination et l’interdiction. Ces dernières années, les cimetières d’engins contaminés ont quasiment disparu. Ils ont été enfouis ou déplacés. La principale activité est liée au gigantesque chantier du nouveau «sarcophage» de la centrale. 

La zone interdite recouvre 2600 km2 contaminés par la radioactivité autour de la centrale nucléaire. Et pourtant des centaines de personnes y vivent toujours. Qui sont-ils ?

Il y a plusieurs cas de figure. Il y a d'abord ceux qui ont choisi de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant