Nucléaire/Rohani pâtirait fortement d'un échec des négociations-Iraniens

le
0

ANKARA/NEW YORK, 7 février (Reuters) - Le chef de la diplomatie iranienne a averti que l'absence d'accord sur le nucléaire iranien aurait sans nul doute des conséquences négatives sur la carrière politique du pragmatique président iranien Hassan Rohani, ont déclaré des responsables iraniens, faisant monter les enjeux des négociations en cours. Mohammad Javad Zarif a fait part de sa préoccupation au secrétaire d'Etat américain John Kerry lors de plusieurs rencontres, ces dernières semaines, ont dit trois hauts responsables iraniens. Les responsables occidentaux estiment que ce genre de pression est peut-être un stratagème utilisé par les Iraniens aux négociations pour les convaincre de céder du terrain, mais ils reconnaissent dans le même temps qu'un échec des négociations remettrait sans doute en cause la carrière politique d'Hassan Rohani, qui est arrivé au pouvoir à l'été 2013. Les parties prenantes des négociations se sont fixé pour objectif de parvenir avant la fin mars à un accord politique, qui devra ouvrir la voie à la conclusion d'un accord définitif d'ici à la date-butoir du 30 juin. Un tel accord viserait à atténuer les sanctions internationales en vigueur contre Téhéran en échange de concessions de la part de l'Iran sur son programme nucléaire, mais des divergences demeurent, difficiles à surmonter. Un haut responsable américain a démenti que les Iraniens aient lancé des avertissements concernant l'avenir politique de Hassan Rohani. Mais plusieurs responsables iraniens assurent que Zarif a bien évoqué la question en compagnie de John Kerry. Les deux hommes se sont vus à plusieurs reprises ces dernières semaines pour tenter de sortir les négociations de l'ornière. Leur dernier entretien, qui a duré plus d'une heure, s'est déroulé vendredi en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité. "Etant donné que Rohani est en première ligne, c'est lui qui, évidemment, en subira le plus les conséquences", a dit l'un des responsables iraniens, directement au fait des discussions entre Zarif et Kerry. (Parisa Hafezi et Louis Charbonneau; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant