Nucléaire : le rapport qui conteste le calendrier de Hollande

le
0
«Une trajectoire raisonnée» pour le recul de la part d'électricité nucléaire devrait s'étaler sur un siècle, selon l'étude de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologique.

Les grands choix de politique énergétique de François Hollande ne font pas l'unanimité. Alors que le président de la République a pris l'engagement de réduire la part d'électricité nucléaire de 75 à 50 % d'ici à 2025, un rapport parlementaire publié mercredi dénonce une trop grande précipitation. Ce repli constituerait «l'équivalent de l'effacement de consommation de plus d'un jour d'électricité par semaine en France», indique l'étude de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologique (Opecst), pilotée par le sénateur UMP Bruno Sido et le député PS Jean-Yves Le Déaut.

Les auteurs parlent d'une «tâche gigantesque», autrement dit impossible à mettre en œuvre sous peine de provoquer un «choc énergétique»: «Si la baisse de l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant