Nucléaire : le gouvernement veut fermer Fessenheim «d'ici à fin 2016»

le
0
Nucléaire : le gouvernement veut fermer Fessenheim «d'ici à fin 2016»
Nucléaire : le gouvernement veut fermer Fessenheim «d'ici à fin 2016»

Le ministre de l'Ecologie Philippe Martin affirme, dans une interview au Journal du Dimanche, sa volonté de fermer d'ici trois ans la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). «Les engagements pris par François Hollande sur le nucléaire seront tenus dans le quinquennat. J'ai un mandat : je fermerai Fessenheim d'ici au 31 décembre 2016», déclare le successeur de Delphine Batho, qui a dû quitter le gouvernement le 2 juillet pour avoir critiqué le budget de son ministère.

«La loi sur la transition énergétique prendra les dispositions pour que cette fermeture soit effective. Il est temps que les responsables politiques reprennent la main sur les décisions énergétiques de la France», poursuit le ministre, qui affirme n'avoir «rien contre» le patron d'EDF, Henri Proglio. «Ce n'est pas à un homme seul d'incarner la politique qui doit être menée. EDF doit nous aider à réaliser nos décisions et ne pas s'en affranchir».

L'Autorité de sûreté nucléaire parle d'un délai de cinq ans

Le site de Fessenheim (2 réacteurs de 900 MW) est la seule des 19 centrales françaises (et 58 réacteurs), dont la fermeture a été annoncée par le président François Hollande. Il s'est engagé à réduire la part du nucléaire de 75% à 50% de la production électrique d'ici 2025. La centrale de Fessenheim a déjà subi plusieurs incidents, le dernier remontant au début du mois. Ces incidents suscitent un débat sur les dangers de prolonger la durée de vie du site. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) considère qu'il pourrait fonctionner encore un certain temps, mais à condition qu'EDF y réalise d'importants travaux.

Le président de l'ASN, Pierre-Franck Chevet, a en revanche expliqué en début d'année qu'une fermeture définitive de Fessenheim ne pouvait techniquement se faire avant cinq ans. Contrairement à une mise à l'arrêt provisoire, «arrêter définitivement un réacteur nécessite des procédures lourdes, équivalentes à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant