Nucléaire : l'Iran et l'Occident ratent une (nouvelle) occasion

le
0
Le secrétaire d'État américain John Kerry (à gauche) négociant avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, le 30 juin 2015 à Vienne. 
Le secrétaire d'État américain John Kerry (à gauche) négociant avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, le 30 juin 2015 à Vienne. 

Une énième date butoir vient d'être dépassée sans accord sur le nucléaire iranien à Vienne. L?occasion était pourtant unique de mettre fin à une crise de plus d?une décennie. Mais, au bout de 13 jours de pourparlers marathon, l?Iran et le groupe des 5 + 1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Chine et Russie) ne sont, pour l?heure, toujours pas parvenus à arracher un compromis sur cet épineux dossier.

"Vu que les travaux sont extrêmement techniques et les enjeux très, très élevés, on ne se précipitera pas et on ne se laissera pas précipiter vers un accord", a déclaré jeudi soir le secrétaire d'État américain John Kerry devant le palais Coburg à Vienne, où se déroulent les négociations. "Malheureusement, on assiste à des changements de position et à des demandes excessives (...) de la part de plusieurs pays au sein du groupe 5 + 1, qui ont chacun des positions différentes, ce qui rend la tâche difficile", lui a rétorqué un peu plus tard son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, à la sortie d'une mosquée à Vienne.

Hostilité du Congrès américain

Pour s'assurer que la République islamique ne cherche pas à se doter de la bombe atomique, les grandes puissances souhaitent strictement limiter et encadrer le programme nucléaire iranien. De son côté, l'Iran, qui a toujours démenti vouloir se doter de l'arme nucléaire, entend poursuivre un programme civil, et surtout obtenir la levée des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant